Plein air La SÉPAQ a toutes les preuves que la nature nous fait du bien
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

La SÉPAQ a toutes les preuves que la nature nous fait du bien

Une vaste revue réalisée par l’Institut de cardiologie de Montréal

Le spécialiste qui a dirigé les chercheurs de l’Institut de cardiologie de Montréal en conclue que la médecine pourrait faire plus de place aux espaces verts dans ses méthodes de traitements et ses prescriptions.(Photo Courtoisie SÉPAQ)
Ernie Wells

On le savait, on le disait et on le répétait, mais voilà que les effets positifs d’être en contact avec la nature prouvent dorénavant qu’ils font grand bien sur la santé globale, et procurent une réduction bienfaisante du stress et de l’anxiété.

C’est ce que confirme une vaste revue de littérature scientifique réalisée pour la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) par des chercheurs de l’Institut de cardiologie de Montréal dirigés par le Dr Louis Bherer, aussi du département de médecine de l’Université de Montréal. C’est très sérieux.

En entrevue à « Rendez-Vous Nature », le responsable des relations avec les médias à la SÉPAQ, Simon Boivin, explique les résultats de cette recherche, dont l’objectif était d’obtenir, à travers les connaissances existantes, un portait scientifiquement appuyé des effets réels du milieu naturel sur la santé globale. Le contenu et la méthodologie de plus 160 articles répertoriés dans la base de données en sciences biomédicales MEDLINE a été scruté à la loupe.

Le Dr Bhrerer s’est même dit étonné par la solidité des constats et il en conclue que la médecine pourrait faire plus de place aux espaces verts dans ses méthodes de traitements et ses prescriptions. Ce qui serait « cool » de se faire prescrire par son médecin d’aller faire un séjour dans une réserve faunique, un parc national, voire une zec, ou en pourvoirie.

« Prenons soin de la nature »

PRONATURE RIMOUSKI

« La nature prend soin de nous. Prenons soin d’elle en retour », a commenté le pdg de la SÉPAQ, Jacques Caron. C’est encore plus vrai que la nature a fait du bien aux Québécois, avec la pandémie et ses effets en 2020. Les québécois ont non seulement découvert ou redécouvert le plein air, mais ils y retournent massivement en 2021.

« C’est aussi un message pour protéger nos territoires naturels, peu importe l’activité de plein air qu’on pratique dans les réserves, les parcs, les zecs, les pourvoiries ou ailleurs en nature. En sentier, en chaloupe, en vélo, au sommet d’une montagne comme sur le bord d’un lac, la nature fait du bien au corps et à l’esprit ».

L’automne dernier, la SÉPAQ a même vérifiée les effets positifs sur la santé globale chez ses visiteurs des Parcs nationaux et les résultats sont impressionnants, et ils ont dit avoir ressenti, et dans des proportions impressionnantes, des effets positifs de leur passage en nature sur leur santé mentale dans une proportion de 87 %, et physique de 84 %.

« Les territoires naturels des Québécois sont des sources de fierté, des réservoirs de bien-être à protéger. Les parcs nationaux, les réserves fauniques vont encore faire du bien cet été. Mais les visiteurs ont un rôle à jouer et des règles à respecter en nature : ne pas nourrir les animaux et garder ses distances lorsqu’on les observe - demeurer dans les sentiers et les endroits autorisés - ne pas ramasser d’éléments naturels comme des plantes et du bois dans un parc national et bien disposer de ses déchets », rappelle le porte-parole de la SÉPAQ.

PRONATURE RIMOUSKI

Simon Boivin, en entrevue à « Rendez-Vous Nature ». Cliquez sur le lien ci-haut.





Zec Québec 4
PRONATURE RIMOUSKI
Fondation de la faune 2