Nouvelles Le projet de loi 21 : le front commun s’exprime à Ottawa
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Le projet de loi 21 : le front commun s’exprime à Ottawa

Émily Vallée de la FédéCP fait le point

Le front commun réclame d’Ottawa de recentrer le projet de loi C-21, notamment en modifiant la définition d’arme à feu prohibée; amendement G-4, afin d’exclure clairement les armes de chasse utilisées au pays. (Photo courtoisie ACPM)
Ernie Wells

Le dossier du projet de loi 21 sur le contrôle des armes à feu au Canada a progressé au cours des derniers jours.

Une première rencontre a eu lieu à Ottawa le vendredi 13 janvier avec le ministre fédéral de la sécurité publique, Marco Mendicino. Une seconde devait suivre le jeudi 19 janvier.

En entrevue cette semaine à « Rendez-Vous Nature », la coordonnatrice aux communications de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, Émily Vallée, relate cette rencontre qui a eu lieu aussi avec des représentants du front commun des trois autres grandes fédérations des pourvoiries, des trappeurs gestionnaires et de ZECS Québec.

Émily Vallée raconte comment s’est déroulée cette rencontre, nullement éclaboussée pas les événements d’avant les Fêtes, notamment avec la saga de trois jours entourant Carey Price, et qui a permis au front commun de s’exprimer sur le dossier controversé du contrôle des armes à feu.

La porte-parole de la FédéCP rappelle que les représentants fédéraux ont de nouveau été saisis de la position unanime du front commun qui est de défendre les chasseurs, et d’appuyer l’utilisation légale d’armes à feu, par les tireurs sportifs formés sur la sécurité, et qui possèdent un permis de possession et d’acquisition (PPA).

FEDECP- Camp Arme à feu

Exclure les armes de chasse

Le front commun réclame d’Ottawa de recentrer le projet de loi C-21, notamment en modifiant la définition d’arme à feu prohibée; amendement G-4, afin d’exclure clairement les armes de chasse utilisées au pays.

La sécurité publique ne passe pas par l’interdiction d’armes à feu détenues légalement par des propriétaires qui détiennent leur permis de possession et d’acquisition, le PPA, mais en diminuant la criminalité et en contrôlant le marché noir. Et non en criminalisant des chasseurs respectueux des lois. C’est comme si on interdisait des voitures impliquées dans des accidents de la route.

Emily Vallée se dit très satisfaite de la participation des chasseurs et des tireurs sportifs, qui ont été nombreux à signer une lettre d’appui adressée au député fédéral de leur circonscription, comme elle le souligne lors de cette entrevue, à « Rendez-Vous Nature ».

Pronature permanent 3

Cliquez sur le lien ci-haut.





Zec Québec septembre 2021
Pronature permanent 3
FCMQ Environnement 2