Nouvelles Un hiver sera coriace et riche en tempêtes
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Un hiver sera coriace et riche en tempêtes

Les experts de MétéoMédia se prononcent

Si l’automne a été marqué par des températures au-dessus des normales, l’hiver sera rude selon les prévisions de MétéoMédia. (Photo archives La Presse Canadienne)
Rendez-Vous Nature

L'hiver 2022-2023 sera riche en tempêtes et tenace. Des températures près ou sous les normales sont à prévoir, avec des précipitations plus abondantes que la moyenne.

Si l’automne a été marqué par des températures au-dessus des normales, l’hiver sera rude selon les prévisions de MétéoMédia, exposées sur son site Internet.

Le froid s'est installé de façon marquée à la mi-novembre et il devrait être insistant cet hiver, selon les experts de MétéoMédia. Un vortex polaire plus intrusif permettra aux incursions d'air arctique de se manifester au Canada et au Québec. Les températures se maintiendront donc près ou sous les normales saisonnières.

« L'axe du froid sera majoritairement à l’ouest du Québec, affirme Réjean Ouimet, météorologue. Son déplacement vers l’est et sur nos régions est à prévoir. Ces rechutes sont souvent précédées de tempêtes. Cela nous donne un autre aspect d’un hiver coriace »

« Cette année, on a déjà eu une première bordée et les premiers -10 °C, explique André Monette, chef de service en météorologie. Le froid, qui ne s'est pas manifesté de façon graduelle, semble s'installer pour une longue période. L'explication de cette prévision repose sur la présence d'importants blocages en haute altitude. Les poussées d'air arctique vont durer plusieurs jours. Plus tard en saison, le même scénario pourra se reproduire, mais du côté des redoux. »

Précipitations copieuses

Zecs Québec septembre 2021

Le Québec connaîtra un hiver riche en tempêtes et en précipitations. En effet, les experts prévoient une saison caractérisée par le passage de nombreux systèmes en provenance du sud des États-Unis. La lutte des masses d'air favorisera donc une trajectoire du courant-jet avec la Belle Province dans sa ligne de mire. Pour la majorité des secteurs, la neige sera au rendez-vous. Toutefois, la grande région métropolitaine, la Montérégie et l'Estrie devront composer avec des mélanges plus fréquents.

« Le contexte atmosphérique sera favorable aux précipitations plus abondantes que la normale, estime André Monette. De façon générale, le Québec recevra plus de neige, mais pas de façon aussi impressionnante dans les régions au sud. Il va y en avoir, sauf que les mélanges de pluie verglaçante, de neige, de grésil et de pluie seront plus probables. La douceur ne se trouvera pas très loin. »

Le cœur de l'hiver

En janvier et février, le contexte atmosphérique est appelé à changer. Une lutte entre le froid et la douceur trace deux chemins possibles. Dans le premier cas, le froid l'emporte. Cela signifie trois mois ponctués d'air arctique.

« Ça reste à déterminer, répond André Monette. Le phénomène La Niña devrait perdre de l'intensité pour laisser place à un contexte El Niño dans le Pacifique au courant de l'été 2023. Cela dépendra de la vitesse à laquelle ce changement s'opère et quelle zone de l'océan va se réchauffer en premier. Pour la deuxième moitié de l'hiver, la douceur pourrait prendre du galon. Il faudra surveiller l'intensité des poussées de douceur et de froid pour connaître l'histoire de la deuxième moitié de l'hiver. »

Pronature permanent 4

Plus de neige

Les précipitations neigeuses seront plus abondantes cet hiver. Le froid bien campé au Québec va permettre la fabrication de neige artificielle dans les stations de ski. Avec une bonne base en place, le tapis blanc sera suffisant pour en profiter toute la saison. De fait, les régions plus au nord, comme Québec, Saguenay ou l'est de la province, recevront plus de neige que la normale.

« Un hiver semblable qui commence rapidement a pour effet de nous lasser aussi vite, déclare Réjean Ouimet. On peut s’attendre à ce que le point de saturation arrive plus tôt cette année. D’où la perception d’un hiver tenace qui n’en finit plus, et ce, malgré les temps morts au cœur de la saison. Depuis 2000, sept saisons ont présenté un contexte météo global d’origine semblable à cette année. En majorité, elles ont été plus froides que la normale et plus enneigées aussi. »

Source: MétéoMédia





Zec Québec septembre 2021
Pronature permanent 4
Zec Québec septembre 2021
FEDECP - Camp armes à feu