Nouvelles Sylvain Roy défend une faune indépendante
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Sylvain Roy défend une faune indépendante

« Je vais continuer à défendre le secteur faune »

Le député Sylvain Roy soutient qu’il faut séparer la faune de la forêt, dans un nouveau ministère qui pourrait s’appeler Faune, Parcs et Loisirs. Il s’oppose à ce que le secteur faune soit jumelé à l’environnement. (Photo Courtoisie)
Ernie Wells

Pour le député Indépendant de Bonaventure, Sylvain Roy, si la pétition réclamant un ministère de la faune indépendant de la forêt a reçu un appui mitigé des chasseurs, cela ne l’empêche pas de poursuivre son projet.

Rappelons que le 16 avril, le député Roy lançait une pétition, pilotée par le Groupe Unis pour la Faune, réclamant un ministère de la faune, consacré à 100 pour-cent à la protection des droits des chasseurs et des pêcheurs, et totalement dissocié de la forêt.

Avant la date limite du 6 juin, seulement 1 356 noms avaient été recueillis le 2 juin sur la pétition éditée sur le site de l’Assemblée Nationale. Un faible taux de participation que le député de Bonaventure avait prévu. « Les procédures pour remplir la pétition en ligne et authentifier sa signature sont compliquées. Ce sont des considérations techniques qu’il faut retenir, et non pas que les chasseurs et les pêcheurs ne souhaitent pas une amélioration de leurs activités », estime le député indépendant, qui est loin de se décourager du résultat.

Séparer la faune de la forêt

Sépaq mai 2022 2

En entrevue exclusive à « Rendez-Vous Nature », le député Indépendant réaffirme que l’enjeu est très important.

« Je vais continuer à défendre le secteur faune et faire en sorte que la pétition soit déposée ce 9 juin devant l’Assemblée nationale. On doit séparer la faune de la forêt du même ministère. Je suis confiant que le gouvernement comprend toute l’importance de reconnaître la faune comme un secteur à vocation économique et tout son potentiel de développement. Ce qui n’est pas le cas actuellement. Il faut démocratiser l’accès à la faune qui a un énorme potentiel de développement », explique M. Roy. 

Selon lui, avec un vrai ministère autonome, la faune aurait les outils pour se développer, assurer la pérennité de la ressource, démocratiser l’accès à la relève et la mettre en valeur. « On parle de retombées économiques de 1,6 milliard de dollars. C’est beaucoup plus que ça. On ne compte pas le réseau de la SÉPAQ et les pourvoiries », affirme-t-il.

Pronature

Une entrevue à ne pas manquer avec le député Sylvain Roy à « Rendez-Vous Nature ». Cliquez sur le lien ci-haut. 





Zec Québec septembre 2021
Pronature
RDVN Facebook