Nouvelles 48 M $ investis dans la lutte contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

48 M $ investis dans la lutte contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette

Les opérations devraient s'amorcer le 23 mai 2022

En 2021, pour la première année depuis le début de l'épidémie en 2006, les dommages causés par la TBE ont diminué au Québec, passant de 13,5 millions d'hectares en 2020 à 12,2 millions d'hectares. (Photo MFFP)

Québec, par l'entremise du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), investira en 2022 quelque 48 M$ en pulvérisations aériennes afin de protéger les forêts québécoises contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette (TBE).

En raison des conditions météorologiques printanières actuelles, les opérations devraient s'amorcer approximativement le 23 mai 2022 et s'échelonner sur une période variant de 4 à 5 semaines. Des zones dans les régions de la Capitale-Nationale, de la Côte-Nord, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie−Îles-de-la-Madeleine feront l'objet d'arrosages, selon les superficies suivantes :

  • Capitale-Nationale : 12 400 ha
  • Côte-Nord : 43 200 ha
  • Saguenay-Lac-Saint-Jean : 182 800 ha
  • Bas-Saint-Laurent : 150 500 ha
  • Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine : 237 000 ha

Les arrosages aériens, qui seront exécutés par la Société de protection des forêts contre les insectes et maladies (SOPFIM), sont encadrés par quatre programmes (protection des peuplements vulnérables en forêt publique, protection des investissements sylvicoles en forêt publique, protection de la petite forêt privée et protection de l'habitat du caribou montagnard de la Gaspésie).

Ils ont pour objectif de maintenir en vie les arbres attaqués en préservant au moins la moitié du feuillage annuel des essences vulnérables, soit le sapin baumier et l'épinette blanche, dans des secteurs ciblés.

L'insecticide biologique Bacillus thuringiensis var. kurstaki (Btk) sera utilisé dans le cadre de ces opérations. Le Btk est homologué par Santé Canada et son utilisation a été jugée sans risque pour la santé humaine, la faune et la flore.

Sépaq mai 2022 5

En 2021, pour la première année depuis le début de l'épidémie en 2006, les dommages causés par la TBE ont diminué au Québec, passant de 13,5 millions d'hectares en 2020 à 12,2 millions d'hectares.

Malgré cette diminution à l'échelle provinciale, l'épidémie continue sa progression dans plusieurs régions, dont dans le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et dans la Capitale-Nationale. Des pulvérisations aériennes d'insecticide biologique doivent être maintenues dans certains peuplements vulnérables encore touchés, et ce, tant que l'épidémie sévira au Québec.

Un plan d'action global

Les programmes de lutte ministériels font partie d'un plan d'action global qui a pour but de réduire la vulnérabilité des forêts et les conséquences économiques négatives du passage d'une épidémie de la TBE. Outre les arrosages, le Ministère a aussi mis en place des mesures telles que la récolte préventive des peuplements vulnérables, l'utilisation de traitements sylvicoles adaptés et la récupération de peuplements ayant une proportion variable d'arbres morts.

Sépaq mai 2022 4

Rappelons que la TBE se trouve en permanence dans les forêts québécoises, même en l'absence d'épidémie. La densité des populations de l'insecte augmente graduellement pour atteindre le stade de l'épidémie tous les 30 à 35 ans.

Les détails des opérations d'arrosage aérien font l'objet de mises à jour régulières sur le site de la SOPFIM .





Zec Québec septembre 2021
Sépaq mai 2022 4
Zec Québec septembre 2021