Nouvelles Un nombre de feux dans la moyenne en mai, mais peu de superficies brûlées
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Un nombre de feux dans la moyenne en mai, mais peu de superficies brûlées

Moins de pluie que la normale dans le dernier mois

30 % des incendies survenus au cours du mois de mai ont été causés par la perte de contrôle d’un brûlage de matières résiduelles ou d’un feu de camp.
Rendez-Vous Nature

Après un mois d’avril plus occupé qu’à l’habitude, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a connu un mois de mai se situant légèrement au-dessus la moyenne pour le nombre de feux.

Par la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU)

Après un mois d’avril plus occupé qu’à l’habitude, la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) a connu un mois de mai se situant légèrement au-dessus la moyenne pour le nombre de feux.

Ainsi, au cours du dernier mois, ce sont 152 incendies qui ont brûlé 59,1 hectares (ha) de forêt en zone de protection intensive. Bien que le nombre de feux combattus ne dépasse pas significativement la moyenne de dix ans, le total de la superficie affectée est nettement sous la moyenne pour un mois de mai. Cette moyenne se situe à 131 incendies pour 2 813 ha.

Au cours du mois de mai, le Québec a reçu moins de pluie que la normale. L’air était très sec et les températures ont dépassé les normales de saison, particulièrement au sud de la province. Soulignons que 97 % des incendies ont été causés par l’activité humaine. Seulement 3 % des feux ont été causés par la foudre, qui brûlent souvent de plus grandes superficies.

Par ailleurs, 30 % des incendies survenus au cours du mois de mai ont été causés par la perte de contrôle d’un brûlage de matières résiduelles ou d’un feu de camp. La SOPFEU rappelle qu’au printemps, les végétaux secs et les herbes mortes sont hautement inflammables. Il ne suffit que de quelques heures d’ensoleillement et d’un peu de vent pour assécher les broussailles et faire augmenter le danger d’incendie.

Fondation de la faune

Malheureusement, encore une fois cette année, force est de constater que de nombreux citoyens sous-estiment le risque associé au brûlage de rebuts. L’organisme de protection préconise le compostage, la collecte des résidus verts et le dépôt des matières résiduelles à l’écocentre.

Soutien au Manitoba

La situation qui prévalait au Québec au cours du mois de mai a permis à la SOPFEU, en collaboration avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, d’apporter son soutien au Manitoba, aux prises avec d’importants incendies de forêt.

Une section de 20 pompiers forestiers, un représentant d’agence et un officier à la sécurité ont quitté le Québec le 15 mai, pour une mission d’une durée de deux semaines.

De plus, un aéropointeur et son avion, ainsi que deux avions-citernes et leurs équipages respectifs, ont également été déployés, pour une durée d’une semaine.

Prudence en période estivale

La SOPFEU rappelle que le mois de juin marque le retour de certaines activités estivales comme la pêche, la randonnée et le camping. La prudence est de mise lorsque le feu est utilisé pendant ces activités en forêt. Bon an mal an, les feux de camp sont responsables de près de 50 incendies de forêt.

Fondation de la faune

Pour éviter une telle situation, la SOPFEU recommande d’utiliser un foyer muni d’un pare-étincelles ou de faire son feu de camp dans un endroit bien dégagé, sur un sol de terre battue, de sable ou de gravier ne contenant aucune matière combustible. Le feu de camp ne devrait pas excéder une dimension d’un mètre par un mètre. Il faut le surveiller en tout temps et garder de l’eau à proximité pour l’éteindre.

Avant de quitter les lieux, il faut s’assurer d’éteindre le feu complètement. Si le danger d’incendie varie d’élevé à extrême ou s’il y a du vent, il vaut mieux s’abstenir de faire un feu afin d’éviter qu’il se propage à la forêt environnante.





Zec Québec septembre 2021
Fondation de la faune
Zec Québec septembre 2021