Nouvelles 13,7% de la forêt récoltée dans la proposition d'aire protégée sur la Péribonka
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

13,7% de la forêt récoltée dans la proposition d'aire protégée sur la Péribonka

Un moratoire demandé sur le projet

Selon le MFFP, les coupes auront un effet visuel négligeable sur le paysage, mais Nature Québec et le Comité de sauvegarde de la rivière Péribonka (CSRP) ne sont pas du même avis (Photo courtoisie CSRP)

C'est en février dernier que Québec a lancé une consultation publique sur la récolte forestière dans le secteur de la rivière Péribonka, un affluent du lac Saint-Jean, coulant dans la municipalité de Sainte-Monique, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Par Guillaume Roy, Initiative de journalisme local- LE QUOTIDIEN

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) annonçait ainsi ses intentions de commencer les opérations dès l'été 2021.

" Lors des discussions initiales, le MFFP parlait d'une récolte d'environ 4 % sur le territoire de la proposition d'aire protégée, alors 13,7 %, ça m'apparaît abusif et ça ne correspond pas à ce qu'ils nous ont dit ", remarque Louis Bélanger, ingénieur forestier et responsable des dossiers forestiers chez Nature Québec.

Sur les 268 kilomètres carrés couverts par la superficie de la proposition d'aire protégée, 37,6 km2 de forêt seront récoltés dans le couloir visuel de la rivière Péribonka.

Selon le MFFP, les coupes auront un effet visuel négligeable sur le paysage, mais Nature Québec et le Comité de sauvegarde de la rivière Péribonka (CSRP) ne sont pas du même avis en regardant les simulations effectuées par Québec.

Afin de protéger l'intégrité écologique du territoire, les deux groupes demandaient un moratoire sur les coupes sur toute la superficie couverte par la proposition d'aire protégée.

PRONATURE RIMOUSKI

" Plusieurs projets d'aires protégées, notamment en Gaspésie, ont reçu une protection administrative, car Québec a choisi de mettre en réserve ces territoires pour la prochaine ronde d'annonce d'aires protégées, note Louis Bélanger. On demande d'appliquer le même principe sur la Péribonka. Si Québec ne veut pas protéger ce territoire, il devrait expliquer quels sont ses critères pour suspendre l'aménagement forestier, parce que les décisions semblent arbitraires. "

Le MFFP a pour sa part reçu la demande de moratoire comme un refus de dialogue sur les mesures d'harmonisation. " Malgré le fait que les modélisations présentées par le MFFP démontraient l'effet visuel négligeable des interventions planifiées, des intervenants ont réclamé un moratoire sur la récolte ", a répondu le ministère par courriel. Ce dernier estime que ce type de demande est non recevable et ne peut faire l'objet d'une entente d'harmonisation.

" Le Ministère a choisi de conserver les mesures d'atténuation des impacts visuels proposées à la planification même si plusieurs des intervenants concernés ont choisi de rompre la démarche d'harmonisation en recourant en processus de règlement des différends pour tenter d'interdire toute coupe dans la proposition d'aire protégée ", poursuit le MFFP.

Nature Québec soutient toutefois que le ministère n'a jamais informé les intervenants que la demande de moratoire mettait fin aux discussions. Pourtant, Nature Québec et le CSRP ont participé aux discussions sur les mesures d'harmonisation à l'extérieur du projet d'aire protégée, note Louis Bélanger.

" Personne ne nous a dit que notre demande de moratoire mettait fin aux discussions, dit-il. Et en plus, ils nous accusent d'avoir rompu la discussion. On a essayé de trouver le meilleur processus pour discuter, en faisant une demande de résolution de conflit pour discuter d'abord de l'idée de faire de la récolte dans une proposition d'aire protégée. C'est la première question à répondre avant de dire ce qu'on va récolter et comment. "

Le CSRP a même fait parvenir une lettre au premier ministre François Legault pour lui demander un moratoire sur les coupes, souligne Thérèse Gagnon, l'une des responsables du comité. " Dans sa réponse, François Legault a refusé le moratoire, mais il a dit que la rivière Péribonka est un joyau de la nature à préserver et que tout projet de développement dans ce secteur devra se faire en respectant ce principe ", affirme-t-elle en soulignant tout le potentiel récréotouristique.

Sépaq juin 2021 2

Plus de la moitié dans la proposition d'aire protégéeEn incluant les secteurs en dehors de la proposition d'aire protégée, ce sont 63,12 km2 (6312 hectares) de forêt qui pourraient être récoltés au cours des prochaines années, pour un total de 680 000 mètres cubes. Plus de la moitié, soit 37,6 km2 se trouvent dans la proposition d'aire protégée.

Pour 2021-2022, la récolte prévue est évaluée à 260 000 m3 de bois, soit 160 000 m3 dans le secteur de la Baie des Gardes et 100 000 m3 dans les secteurs Canal Sec et Joly.

Le MFFP a réalisé des consultations publiques sur ce projet de récolte en février dernier. Dans les secteurs en dehors de la proposition d'aire protégée, le ministère a travaillé avec les acteurs locaux, dont les groupes environnementaux et les promoteurs du projet d'aire protégée, pour trouver des mesures d'harmonisation et d'ainsi limiter l'impact sur le paysage.

Après les consultations, le MFFP a appliqué quelques mesures d'harmonisation, dont le retrait de certains secteurs, la récolte partielle près de sites de villégiature et un suivi de la qualité visuelle des travaux.

De plus, il s'est engagé à ne pas planifier de nouvelles superficies dans le secteur de la Baie des Gardes avant que celles récoltées n'aient atteint une hauteur moyenne de 4 mètres, ainsi qu'à mettre en place des mesures supplémentaires pour minimiser l'impact visuel des travaux s'il y a discordance entre les modélisations et la réalité.





Zec Québec 4
Sépaq juin 2021 2
Zec Québec
Fondation de la faune
Fondation de la faune 2