Nouvelles Coupes forestières dans les érablières: Québec solidaire demande un moratoire
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Coupes forestières dans les érablières: Québec solidaire demande un moratoire

Inquiétudes répétées des producteurs acéricoles

"Les ventes de sirop d'érable sont en forte croissance et le secteur acéricole compte sur les érables de la forêt publique pour répondre en partie à la demande", indique la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien. (Photo PC)
La Presse Canadienne

Québec Solidaire (QS) demande au gouvernement Legault de décréter un moratoire sur les coupes forestières commerciales dans les érablières qui sont en activité et les secteurs à fort potentiel acéricole.

La formation politique dit vouloir répondre aux inquiétudes répétées des producteurs acéricoles quant aux activités des compagnies forestières dans les érablières.

"Les ventes de sirop d'érable sont en forte croissance et le secteur acéricole compte sur les érables de la forêt publique pour répondre en partie à la demande, écrit la députée de Rouyn-Noranda-Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien, dans un communiqué de presse transmis dimanche. Or, des érablières de qualité qui pourraient être entaillées sont présentement menacées par des coupes forestières industrielles autorisées par le gouvernement."

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), Pierre Dufour, devrait mettre en place une consultation nationale afin de réviser l'utilisation de la forêt et de protéger des activités acéricoles, estime le parti.

Le cabinet du ministre a indiqué à La Presse Canadienne être "surpris" par cette sortie de Québec solidaire dans les médias puisque le ministère s'est entendu dans les derniers jours avec les Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ) pour mettre sur pied une "table stratégique provinciale" sur l'acériculture.

"Cette table se réunira deux à quatre fois par année selon les besoins et va initialement être composée du MFFP, des PPAQ et du MAPAQ, le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec, a-t-on précisé dans une déclaration. Un des objectifs de la table est d'établir une base de discussion entre les parties afin d'assurer la conciliation de l'acériculture et de la récole de matière ligneuse dans les forêts publiques."

C'est une bonne nouvelle, a répondu Serge Beaulieu, le président des PPAQ, qui estime qu'"il faut un temps d'arrêt" et mettre des projets "sur hold" pendant les discussions et que des gestes concrets doivent être posés pour préserver la ressource à long terme.

Fondation de la faune

Stratégie forestière

À la mi-décembre, le gouvernement Legault avait dévoilé sa "Stratégie nationale de production de bois" qui visait à doubler la récolte forestière d'ici 2080 et faire du secteur forestier "un incontournable" dans la relance économique.

Québec estimait à ce moment que la forêt québécoise est sous-exploitée, que le couvert forestier est stable et que la diversité des écosystèmes "en bon équilibre".

"Des érablières, il n'y en a pas plus qu'il y en avait la semaine d'avant, a lancé Serge Beaulieu en entrevue. Mais si on double, ça veut dire qu'on veut en prélever encore plus dans le même hectare. Et déjà, on trouvait qu'ils en prélevaient trop à des places."

Les producteurs ne s'opposent pas à la coupe de bois, a-t-il insisté, expliquant vouloir simplement que ça se fasse "d'une façon ordonnée" de façon à ce que les érables puissent se développer".

"Dans 20 ans, dans 30 ans, on ne voudrait pas dire: il n'en reste plus d'érables. On ne peut pas en installer plus même si le consommateur dans le monde veut plus de sirop."

RDVN Facebook

Surtout, "de la coupe à blanc, (...) on ne peut pas faire ça dans les érablières", a-t-il expliqué.

Les PPAQ estiment que de 180 000 à 240 000 hectares supplémentaires devraient être réservés sur les terres publiques pour le développement de la culture et de l'exploitation des érables, une superficie qui correspond à 36 millions d'entailles supplémentaires.

Or, selon eux, la nouvelle stratégie gouvernementale ne prévoit que quelques millions d'entailles, ce qui pourrait, disent-ils, mettre en péril le capital forestier des érablières.





Zec Québec 4
RDVN Facebook
FédéCP
Fondation de la faune 2