Nouvelles Nature Québec au secours des 40 caribous gaspésiens
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Nature Québec au secours des 40 caribous gaspésiens

À ce rythme, ils seront disparus dans cinq ans

Alice-Anne Simard, de Nature Québec, explique la position de son organisme dans ce dossier du caribou gaspésien qui piétine depuis le premier cri d’alarme lancé en 1978. (Photo courtoisie Nature Québec)
Ernie Wells

Nature Québec presse le gouvernement Legault de prendre des mesures concrètes et rapides pour sauver la harde de caribous en déclin avancé du Parc de la Gaspésie.

Le temps presse. L’organisation non gouvernementale (ONG) et apolitique Nature Québec, fondé en 1981, estime que le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) doit faire très vite et se porter au secours des quelques 40 caribous encore « en vie » sur les monts Albert, Logan et McGerrigle, à une altitude de plus de 700 m du massif gaspe?sien.

Pour faire pression sur Québec, la puissante ONG de 90 000 membres a lancé le Défi Sportif de faire 40 km pour ces 40 caribous, afin de financer une campagne nationale et réclamer des actions très rapides, pour la survie et la pérennité des derniers caribous au Sud du Saint-Laurent, des caribous emblématiques de la Gaspésie.

Un dossier qui piétine

En entrevue à « Rendez-Vous Nature », la directrice générale de Nature Québec, Alice-Anne Simard, explique la position de son organisme dans ce dossier qui piétine depuis le premier cri d’alarme lancé en 1978, avec le documentaire « La dernière chance du caribou »…

La population de caribous du Parc de la Gaspésie comprenait au moins 750 caribous dans les années 1950. Puis en 2007, on en dénombrait 230, puis 70 en 2018. Deux ans plus tard, en 2020, on compte 40 de ces cervidés. De 2007 à 2018, la harde a perdu 155 caribous en 11 ans. À ce rythme, les caribous seront totalement disparus de la carte gaspésienne dans cinq ans tout au plus.

Les principales causes de ce déclin sont la prédation des faons caribous par l’ours et le coyote, combinée à la perte accrue de l’habitat par l’exploitation forestière et des incendies de forêt. S’ajoutent le ski hors-piste qui selon le spécialiste de l’UQAR, Martin-

Sépaq avril 2021 3

Hugues Saint-Laurent, déplace les caribous qui pour se sauver, descendent en altitude, perdent de l’énergie et se rapprochent des prédateurs. De leur côté, des randonneurs dispersent les caribous qui utilisent les aitres près des sentiers des piétons.

Pression sur Québec

Par ce Défi Sportif, Nature Québec prévoit mener une vaste campagne de sensibilisation sur la situation actuelle des caribous de la Gaspésie, Faire pression sur Québec pour adopter de meilleures mesures de protection de leur habitat et la création d’aires protégées, et s’attaquer aux enjeux socio-économiques qui font obstacle à leur rétablissement.

Alice-Anne Simard se donne aussi comme mission d’entrer en contact avec des acteurs régionaux pour trouver des solutions aux enjeux locaux de protection des caribous de la Gaspésie et leur habitat.

Forêts, Faune et Parcs Québec doit rendre public sa stratégie provinciale visant les caribous forestiers de la Rive Nord, avec le déclin des populations de Charlevoix et du Parc de la Gaspésie, en 2021. Mais une stratégie qui serait mise en oeuvre à partir de 2023.

Enclos de maternité

Fondation de la faune 2

Entretemps, pour sauver la dizaine de caribous forestiers de Val-d’Or, Charlevoix et du Parc de la Gaspésie, Québec avait annoncé la construction d’enclos de maternité, ou des aires de protection des veaux des prédateurs, situés à l’intérieur des territoires concernés, où on retrouve des conditions alimentaires et des habitats favorables à la survie des cervidés.

Des appels d’offres pour la construction de ces enclos de maternité devaient être lancés au cours de l’hiver 2021, pour leur construction au printemps de 2021… Qu’en est-il ?

Une entrevue à ne pas manquer avec la directrice générale de Nature Québec, Alice-Anne Simard. Cliquez sur le lien ci-haut.





Zec Québec
Fondation de la faune 2
Zec Québec