Nouvelles La faune porte un dur coup au braconnage en Gaspésie
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

La faune porte un dur coup au braconnage en Gaspésie

Entrevue avec le commandant Éric Champagne

Des sacs remplis de saumons atlantiques, de bars rayés, d'éperlans arc-en-ciel, d'ombles de fontaine et de venaison de cerfs, d’orignaux et même de gélinottes huppées ont été saisis. (Photo SAPFQ)
Ernie Wells

Les agents de protection de la faune ont porté un coup dur au braconnage en Gaspésie en démantelant un vaste réseau de qui sévissait dans la région, surtout du côté de la Baie-des-Chaleurs dans la zone 1 Sud.

Si les chasseurs applaudissent les agents de protection de la faune de mettre la main au collet des pilleurs du bien patrimonial faunique des québécois, ils déplorent toutefois de constater que même en 2021, les braconniers demeurent une espèce qui n’est pas en voie d’extinction.

En entrevue à « Rendez-Vous Nature », le commandant Éric Champagne, directeur à la Direction de la protection de la faune du Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, raconte cette opération anti-braconnage qui a nécessité l’assistance de 40 agents de protection de la faune.

Citoyens associés à l’opération

Sépaq 5

L’officier #1 de la protection de la faune dans ces trois régions de l’Est-du-Québec raconte que des citoyens de la Baie-des-Chaleurs sont associés au succès de ce démantèlement qui implique plus de 100 suspects, susceptibles de quelque 400 000$ d’amendes.

Les informations essentielles partagées au Bureau de protection de la faune de New Richmond ont permis aux « policiers » de la forêt de les aider à intercepter les braconniers visés par l’Opération Pie. Ce nom est tiré de l’expression « bavard comme une pie », ce qui confirme que des citoyens ont transmis beaucoup de signalements qui en bout de ligne, se sont avérés essentiels.

Les perquisitions et interceptions des 100 suspects ont débuté le 16 mars jusqu’au 19 mars et l’enquête se poursuit. Si les individus impliqués augmentent en nombre, les d'amendes peuvent dépasser les 400 000 $ confirmées le 19 mars.

Fondation de la faune

Selon les premières informations, les membres du réseau vendaient et achetaient illégalement des saumons atlantiques, des bars rayés, des éperlans arc-en-ciel, des ombles de fontaine ou truites mouchetées, des cerfs de Virginie, des orignaux et des gélinottes huppées. Ce qui est plutôt rare que l’on parle de braconnage et de vente de perdrix.

Les chasseurs en général comme les protecteurs de la faune écouteront cette entrevue avec le commandant Éric Champagne avec beaucoup d’intérêt. Cliquez sur le lien ci-haut.





Zec Québec
Fondation de la faune
Zec Québec