Nouvelles Plus de 40 cerfs devront être abattus sur l'île de Montréal
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Plus de 40 cerfs devront être abattus sur l'île de Montréal

Les bêtes empêchent notamment la régénération de la végétation

Les cerfs de Virginie qui occupent le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies empêchent la régénération de la végétation et détruisent les habitats d’autres espèces, comme les oiseaux.
Rendez-Vous Nature

La Ville de Montréal devra prendre les grands moyens pour réduire la population de cerfs de Virginie qui est en augmentation dans l’est de l’île, en particulier dans le parc de la Pointe-aux-Prairies, dans l’arrondissement Pointe-aux-Trembles.

Selon ICI Radio-Canada, c'est du moins l'avis des experts mandatés par la Ville, qui recommandent d’éliminer une quarantaine de bêtes, soit les trois quarts du cheptel, maintenant estimé à plus de 55 têtes.

Le Centre d'étude de la forêt, qui réunit des chercheurs en biologie et en foresterie de 11 universités québécoises, a produit le document d’une centaine de pages, intitulé Rapport sur la situation du cerf de Virginie dans l’est de Montréal.

Ce rapport d’expertise a été commandé l’automne dernier par le Service des grands parcs de la Ville de Montréal. La Ville cherche depuis au moins huit ans un moyen pour régler le problème de la surabondance des cerfs de Virginie dans ce secteur de Pointe-aux-Trembles.

Comme c’est le cas à Longueuil, les cerfs de Virginie qui occupent le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies empêchent la régénération de la végétation et détruisent les habitats d’autres espèces, comme les oiseaux.

Zecs Québec Argent 2

Avant de prendre quelque mesure que ce soit, la Ville souhaite prendre le temps de bien informer la population concernée des conséquences de la surabondance de cerfs dans le parc périurbain.

Un cheptel qui prend de l’ampleur

Il y a quelques jours, le ministère de la Faune a effectué un inventaire aérien des cerfs du parc-nature de la Pointe-aux-Prairies. Contrairement à ce que l’on estimait, la densité du cheptel continue d’augmenter. Les hivers doux, les nouvelles naissances et la nourriture à profusion ont contribué à gonfler cette population.

À cause du broutage des cerfs, les espèces végétales du parc disparaissent et laissent place aux plantes envahissantes, comme le nerprun.

Zec Québec

Source: ICI Radio-Canada

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1778073/cerfs-abattage-parc-nature-pointe-aux-prairies-montreal





Zec Québec
Zec Québec
Sépaq avril 2021 2