Nouvelles Stratégie nationale de production du bois: les avis sont partagés
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Stratégie nationale de production du bois: les avis sont partagés

Le Conseil de l'industrie forestière du Québec applaudit cette annonce

La Stratégie nationale de production de bois place le secteur forestier au centre de l'activité économique du Québec et de ses régions. Elle permet d'envisager l'avenir de la production québécoise de bois avec confiance.
La Presse Canadienne

Vers la fin du mois de décembre, le gouvernement de la CAQ a lancé deux stratégies importantes soit sa stratégie nationale de production de bois et sa politique d'intégration du bois dans la construction.

Québec entend faire du secteur forestier un incontournable dans la relance économique de la province et la lutte contre les changements climatiques. Selon les diverses organisations touchées, les avis sur l'initiative sont très partagés.

La Stratégie nationale de production de bois place le secteur forestier au centre de l'activité économique du Québec et de ses régions. Elle permet d'envisager l'avenir de la production québécoise de bois avec confiance. Toujours dans un contexte d'aménagement durable des forêts, l'objectif recherché est d'augmenter la valeur des forêts publiques et privées pour créer de la richesse, tout en jouant un rôle important dans la lutte contre les changements climatiques.

Pour y arriver, le gouvernement s'appuie d'une part sur les acquis environnementaux et sociaux des dernières années, notamment la gestion intégrée et régionalisée des ressources et du territoire, ainsi que sur les investissements sylvicoles effectués au cours des décennies précédentes. D'autre part, il compte investir près de 250 M$ par année au cours des cinq prochaines années en travaux sylvicoles dans les forêts publiques du Québec. Ces investissements permettront d'atteindre les cibles de la Stratégie tout en contribuant à la lutte contre les changements climatiques.

La Stratégie est flexible et malléable afin de donner toute la latitude permettant d'intégrer l'acquisition de connaissances futures, notamment quant aux effets des changements climatiques sur notre forêt ou sur les nouvelles pratiques forestières à venir. Elle sera appliquée en fonction des particularités régionales d'ici décembre 2021.

L'industrie forestière se réjouit

Le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) applaudit l'annonce de la Stratégie nationale de production de bois. Le gouvernement s'est fixé comme objectif de doubler à terme (60 ans) la valeur ajoutée créée par l'industrie forestière dans l'économie québécoise.

Zec BSL hiver 2020 3

Le CIFQ se réjouit de cette annonce qu'elle attend depuis de nombreuses années. Nous appuyons la volonté d'optimiser la planification des récoltes de façon à minimiser les effets sur les couts d'approvisionnement. Les membres du CIFQ continueront leurs travaux avec le MFFP et les autres ministères concernés afin de s'assurer que la prévisibilité des récoltes soit au rendez-vous et que des mesures concrètes favorisent un approvisionnement en bois rond à cout compétitif et le développement des secteurs de la deuxième et troisième transformations.

" La stratégie est accueillie positivement, mais sa réalisation ne sera possible que si des mesures concrètes, des ajustements administratifs et des investissements sont annoncés, durant les prochaines semaines. Ainsi, l'industrie pourra enfin profiter d'une meilleure prévisibilité et concrétiser une plus grande contribution de la forêt à la relance économique, à la création d'emplois de qualité, à une plus grande utilisation du matériau bois dans le secteur de la construction et à la lutte aux changements climatiques", selon Jean-François Samray, président-directeur général du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ)

Du côté de la Fédération québécoise des municipalités, elle se réjouit de cette annonce du gouvernement, L'amélioration de la performance des forêts augmentera le volume de bois récolté, le PIB du secteur forestier, l'exportation de produits forestiers ainsi que le nombre d'emplois. Sans compter que les régions seront désormais mieux outillées pour utiliser les produits de la forêt comme instrument de développement économique

" La Politique d'intégration du bois dans la construction est une bonne nouvelle pour les municipalités qui démontrent, depuis longtemps, un grand intérêt à intégrer le bois dans leurs constructions. D'ailleurs, l'enjeu de l'utilisation du bois dans les bâtiments a été abordé lors de chacun de nos forums des communautés forestières. Pour rendre la Politique plus efficace, il sera important que les incitatifs pour la construction de bâtiments municipaux en bois qui existent présentement soient plus avantageux ", souligne M. Luc Simard, président du Regroupement et préfet de la MRC de Maria-Chapdelaine.

Producteurs acéricoles du Québec outrés

La nouvelle stratégie ne fait cependant pas que des heureux. Les Producteurs et productrices acéricoles du Québec (PPAQ) mentionne que la nouvelle politique ne tient pas compte d'une économie propre au Québec, réellement durable, soit celle de l'économie du sirop d'érable.

Zec Québec

Avec la nouvelle stratégie, l'érable et son sirop ne sont pas du tout pris en compte, encore moins considérés à leur juste potentiel. Ni le mot " acéricole " ou " jardinage " n'est présent dans la stratégie du MFFP.

Concrètement, l'approche sylvicole actuellement observée sur le terrain semble mettre définitivement de côté les coupes de jardinage acérico-forestier et mise sur des approches de coupes nommées à " diamètre financier " où l'on coupe arbitrairement les plus gros arbres au détriment d'une conservation du capital forestier sur le long terme. L'approche sylvicole n'est pas orientée vers la production d'arbres de haute qualité. Un érable doit croitre pendant 40 ans avant qu'on puisse l'entailler pour récolter sa sève et en faire du sirop d'érable !

" Le Québec doit refuser cette approche qui menace notamment un fleuron de l'industrie québécoise qui existe depuis plus de 100 ans : l'acériculture. En ce qui a trait au potentiel futur, la moitié des entailles non actuellement exploitées se retrouve en terres publiques. Il faut protéger cette richesse pour conserver notre leadership mondial de l'érable. Si on ne le fait pas, ce sont nos voisins qui vont développer ", martèle M. Serge Beaulieu, président des PPAQ.





Zec Québec
Zec Québec
Fédération clubs motoneigistes
Fondation de la faune
Fédération clubs motoneigistes
Sépaq février 2021 4