Nouvelles Abondance de champignons sauvages: une bonne récolte dans le Nord du Québec
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Abondance de champignons sauvages: une bonne récolte dans le Nord du Québec

Une saison remarquable par l'abondance du produit en forêt

Si l'industrie du champignon sauvage se porte très bien depuis presque une dizaine d'années, il ne faut pas oublier qu'il demeure un produit de niche et qu'il n'est pas accessible à tous.
La Presse Canadienne

Cueillir des champignons est une activité de plus en plus prisée par les Québécois, particulièrement cette année où les amateurs ont vu une abondance particulière de petits champignons partout dans les forêts du Québec.

Matsutakes, champignons crabes, morilles, polypores, la variété de champignons de la région est impressionnante.

Pour Vincent Lapointe qui est chargé du projet agriculture, champignons et végétaux nordiques chez FaunENord, c'est une saison remarquable par l'abondance du produit en forêt.

" De mon expérience de cueilleur, c'est une année exceptionnelle. J'ai eu beaucoup de plaisir à faire la cueillette de champignons jusqu'à maintenant. "

La région est en général une bonne productrice des espèces de champignons sauvages qui poussent particulièrement ici. Mais cette année, comme dans plusieurs régions du Québec, la saison n'a rien à voir avec ce qu'on connait habituellement. Certains parlent même d'une saison record qui pourrait se terminer avec 3 à 4 fois plus de champignons.

C'est la faute à Dame Nature

C'est une conjoncture de facteurs qui font de cette année est une année particulière dans le monde du champignon. Entre autres, les précipitations qui ont été généreuses une bonne partie de l'été. Elles ont permis au sol d'emmagasiner un maximum d'eau.

Comme la pluie tombait souvent la nuit, celle-ci jumelée à un couvert forestier qui a la propriété de retenir la pluie tombée au sol à cause de l'ombre des feuilles, en plus des journées souvent nuageuses évitant l'évaporation, tous les éléments étaient donc réunis pour faire pousser les champignons en abondance.

" La demande est en constante croissance pour le champignon sauvage au Québec ", nous confirme le coordonnateur de l'Association pour la commercialisation des produits forestiers non ligneux (ACPFNL), Sam Chaib.

Seigneurie du Lac Métis

Ce phénomène n'est pas étranger à la venue des nombreuses émissions culinaires sur les chaines régulières et spécialisées. Ajouter à cela des revues qui ont aidé à développer un gout particulier pour les Québécois de cuisiner mieux et d'aller chercher de nouveaux produits pour agrémenter leurs plats.

Les chefs de restaurants sont aussi en grande partie responsables de ce nouveau phénomène. Ils sont grandement derrière cet engouement en faisant découvrir à leurs clients - qui en redemandent, il faut dire - les saveurs particulières et les subtilités des nombreuses espèces de champignons sauvages du Québec

Le défi de la commercialisation

Si l'industrie du champignon sauvage se porte très bien depuis presque une dizaine d'années, il ne faut pas oublier qu'il demeure un produit de niche et qu'il n'est pas accessible à tous.

Selon Sam Chaib, la présente saison était effectivement très bien partie avec des ventes qui étaient excellentes en juin et juillet alors que les restaurants recommençaient à recevoir des clients. Cependant, le retour des restrictions pour les restaurateurs a saboté le reste de la saison.

Il faut toutefois regarder vers l'avenir dans le domaine du champignon alors que de nombreux défis attendent l'industrie.

" Les producteurs étrangers qui exportent chez nous sont beaucoup mieux structurés dans la cueillette sauvage. Ceux-ci proviennent de l'ouest canadien, comme par exemple la Colombie-Britannique, mais également de l'Europe de l'est. L'organisation du travail est différente et ça coupe les prix ", affirme Sam Chaib.

Comme il n'y pas de certification " produit du Québec " ni de traçabilité, les clients achètent des morilles ou des chanterelles sans vraiment connaitre leur provenance. Il ne faut pas oublier que la consommation de champignons sauvages, bien que populaire, reste marginale.

Passion herbale 3

En effet, une majorité de personnes ont une certaine hésitation à les consommer. Donc un travail de sensibilisation reste à faire. Une sensibilisation d'autant plus importante que certains champignons ne doivent pas être consommés puisqu'ils sont toxiques, ce qui peut faire peur à certaines personnes un peu moins informées.

Un service de vente en vrac

Pour la population du secteur de Chibougamau et de Chapais, FaunENord offre la possibilité d'acheter de petites quantités de champignons sauvages pour ceux qui voudraient en faire l'essai. L'organisation pourrait même vous informer sur les champignons que l'on retrouve dans nos forêts.

Un service de vente en vrac est aussi disponible pour ceux qui voudraient une plus grande quantité avec des prix fort intéressants.

Pour les cueilleurs qui seraient intéressés à vendre leur cueillette, selon les saisons et la demande, il est possible de vendre des champignons sauvages pour l'organisation. Il est conseillé de vérifier avec eux pour voir les éventuelles opportunités.





Zec Québec
Passion herbale 3
Zec Québec Bronze
Sépaq aout 2020 3
Fondation de la faune- J'aime la pêche
Mont-Lebel Chasse & Pêche
Mont-Lebel Chasse & Pêche 2
Club de tir du Bas-Saint-Laurent
Passion herbale 4
Sépaq aout 2020