Motoneige-Quad Pratiquer le hors-piste dans le respect
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Pratiquer le hors-piste dans le respect

Dans les endroits où il est possible de le faire

Il n’y a rien de plus agréable que de glisser dans la neige folle ou de se retrouver au sommet d’une montagne pour tester ses capacités.
Julien Cabana

La pratique de la motoneige hors-piste est de plus en plus populaire au Québec. La Fédération des clubs de motoneigistes du Québec ne veut surtout pas arrêter ce phénomène ni d’y nuire.

Elle invite les adeptes à le pratiquer de façon responsable, dans les endroits où il est possible de le faire.

Lorsque la motoneige a fait son entrée dans la société québécoise, les déplacements en hiver étaient difficiles parfois. Il n’était pas rare de voir des gens se déplacer en motoneige sur les routes ou encore tout simplement là où ils étaient tentés de circuler. 

Cette situation, compliquée et dangereuse dans bien des cas, a fait naître l’idée de créer des pistes de motoneige comme on le disait à l’époque. Avec le temps, la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec est née. Son mandat était de créer un réseau de sentiers pour que les amateurs de motoneige puissent se déplacer et s’amuser.

Parmi cette nouvelle génération de motoneigistes randonneurs, il y avait toujours une faction qui voulait conserver la liberté de se promener un peu partout, en hors-piste. 

En 1994, l’arrivée sur le marché de la Summit 583 de Ski-Doo, la première motoneige conçue précisément pour les montagnes et la neige profonde, a relancé l’activité. 

FEDECP- Camp Arme à feu

Rapidement, les quatre fabricants ont compris qu’il y avait un marché. Ils ont donc conçu des motoneiges de plus en plus performantes, capables de permettre à l’amateur de faire plus et plus loin et toujours plus haut.

IMPACT SUR LE MILIEU

Il est toujours agréable de rouler dans la neige folle qui fouette sur le parebrise, mais encore faut-il être certain que cette belle neige ne cache pas de pièges. 

Il n’est pas rare de voir des gens briser leur motoneige ou encore se blesser gravement parce qu’ils n’avaient pas prévu les roches ou les souches sous la neige.

Alors, dans un esprit de diminuer les impacts sur le milieu et les dangers liés à la pratique aveugle du hors-piste, la FCMQ recommande ce qui suit aux amateurs :

  • Éviter de circuler en motoneige dans les zones où vous risquez d’endommager les arbres ou nuire à la régénération forestière, surtout lorsqu’il y a peu de neige.
  • Si vous avez la chance de rencontrer des animaux sauvages, ralentissez et arrêtez complètement le moteur pour ne pas les effrayer.
  • Il faut ralentir lorsque vous rencontrez d’autres usagers du territoire.
  • N’oubliez pas qu’il est strictement interdit de poursuivre ou de harceler les animaux sauvages en motoneige, peu importe l’espèce.

Zec Québec septembre 2021

Il est certain que le plus grand défi présentement, c’est de présenter aux amateurs de hors-piste des territoires où ils pourront s’amuser. 

Plusieurs idées sont sur la table et des rencontres ont lieu pour trouver des solutions intéressantes pour tout le monde. La pratique de la motoneige hors-piste n’ira pas en diminuant. 

Au lieu de condamner ces amateurs, aidons-les à pouvoir pratiquer leur loisir dans les meilleures conditions possibles.





Zec Québec septembre 2021
Zec Québec septembre 2021
FCMQ Environnement 2