Quad-Motoneige Des vérifications s’imposent avant de partir en motoneige
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Des vérifications s’imposent avant de partir en motoneige

Les gens ont de petits devoirs à faire selon la FCMQ

Avec tous les caprices de dame Nature qui se sont produits dernièrement, les motoneigistes qui veulent pratiquer leur loisir sans avoir de mauvaises surprises devront faire des vérifications avant de partir à l’aventure. (Photo Julien Cabana)
Julien Cabana

Avec tous les caprices de dame Nature qui se sont produits dernièrement, les motoneigistes qui veulent pratiquer leur loisir sans avoir de mauvaises surprises devront faire des vérifications avant de partir à l’aventure.

« Les gens ont de petits devoirs à faire, soit de poser des questions sur l’état des sentiers qu’ils veulent emprunter, indique Michel Garneau, de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec. Selon le choix qu’ils feront pour leur destination, ou bien ils auront de très bonnes conditions, ou ils se heurteront à des sentiers fermés ». 

Au moment d’écrire ces lignes, en consultant le tableau de l’état des sentiers, on pouvait dire qu’au nord du fleuve, il ne semblait pas y avoir de problèmes.

Il faut mentionner ici que c’était avant l’épisode de pluie verglaçante, qui peut changer la donne pour certains sentiers. Toutefois, comme en montagne il est tombé plus de neige que de pluie, si vous demeurez dans l’arrière-pays, il ne devrait pas y avoir de problèmes pour circuler. 

Sur la rive sud

Si on se tourne maintenant du côté sud du fleuve, alors là, les conditions ne sont pas les mêmes. Pour la Montérégie, on peut dire qu’en pratique, il n’y a plus de sentiers de disponibles.

Si vous pensez vous rendre dans les régions de l’Estrie, du Centre-du-Québec, en Outaouais ou en Chaudière-Appalaches, le tableau des conditions de sentiers indique que l’accès est limité dans bien des cas. C’est à ce moment-là qu’il faut penser à prendre des informations précises pour connaître l’état des sentiers.

Zecs Québec Argent 3

Vous pouvez le faire via la carte interactive au www.fcmq.qc.ca ou encore en communiquant avec votre club local. Très souvent, sur la page Facebook des clubs, vous allez obtenir des informations plus détaillées.

Des chanceux

Alors que certaines régions en arrachent, pour d’autres, ce n’est pas la même histoire.

Dans le Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie, sur la Côte-Nord, dans les Monts-Valin et en Abitibi-Témiscamingue, les conditions demeurent excellentes. Nous arrivons à une période de l’année où tout change rapidement, mais dans les montagnes de Charlevoix, par exemple, il n’est pas rare de faire de la motoneige jusqu’au début du mois d’avril et même plus, parfois.

Mais, souvent, ces sites sont victimes de leur succès. La circulation y devient de plus en plus dense dans leurs sentiers. Cela signifie donc que la prudence est de mise en tout temps.

En effet, le grand nombre de passages dans un secteur donné peut entraîner la formation de plaques de glace, surtout dans les courbes et aux traverses de chemins. Ce sont des parties de sentier dont il faut se méfier.

Sépaq aout 2020

Attention aussi aux cours d’eau. Il devient de plus en plus important de bien respecter les directives des clubs et de demeurer dans les sentiers balisés.

Lorsque la température change de bout en bout, comme c’est le cas actuellement, les conditions de glace changent aussi très vite. Un endroit qui était sécuritaire il n’y a pas si longtemps devient dangereux très rapidement. Au fil des prochaines semaines, si le printemps hâtif annoncé se concrétise, il se peut fort bien que la saison se termine abruptement dans plusieurs régions du Québec.

À vous d’en profiter au maximum présentement.

Reproduction autorisée par Julien Cabana de sa chronique parue le mercredi 11 mars 2020 dans le Journal de Québec.





Zec Québec
Sépaq aout 2020
Passion herbale 3
Passion herbale 4
Fondation de la faune- J'aime la pêche
Mont-Lebel Chasse & Pêche
Club de tir du Bas-Saint-Laurent