Escapades Zec Des rencontres de toutes sortes dans la zec Jaro
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Des rencontres de toutes sortes dans la zec Jaro

Suivez une autre Escapade Zec de Mathilde Crépin

La buse est un oiseau impressionnant de taille et pourtant, quand il se pose sur notre bras, il est léger! (Photo Mathide Crépin)
Réseau Zec

Vendredi soir, on a pris la route pour la ZEC Jaro, en Beauce, la dernière ZEC avant un bout de temps. Comme c’est le début de la chasse, et qu’on ne chasse pas, on attendra la première neige avant de retourner explorer les territoires.

Par Mathlide Crépin

Pour cette dernière escapade, donc, une surprise nous attendait. Mais avant, partons du début.

Vendredi, en arrivant, on se dirige vers le Camp Jeunesse, à quelques kilomètres seulement de l’entrée de la ZEC. Le Camp est sans doute l’un des hébergements les plus luxueux et modernes des ZECS : il y a même une télé! L’été, il accueille de petits groupes et l’hiver, il sert de camp de base pour initier des jeunes à la pêche sur glace.

Vous le verrez sans doute, mais la ZEC Jaro mise beaucoup sur la relève, tant pour la pêche que pour la chasse, avec son programme Jeunesse Nature. Ils accueilleront d’ailleurs, dans un mois, un petit groupe de jeunes qui viendra apprendre les rudiments de la chasse.

Ainsi donc, vendredi soir, à notre arrivée, le ciel est dégagé. On fait quelques astrophotos, mais le ciel se couvre rapidement : c’est le temps d’aller au lit! Samedi, en se réveillant, c’est gris. On va tout de même profiter du matin sur le quai, en compagnie d’un couple de huards qui pêchent tranquillement.

Vers 9h arrivent deux VTT : Alexandre, administrateur de la ZEC, débarque avec sa copine et deux de ses amis. La visite commence!

On débute par la chute du Portage, que l’on découvre au fond d’une petite vallée après avoir descendu une volée d’escaliers. Magnifique! Il fait beau, mais pas assez pour se baigner… en plein mois de juillet, cette chute doit offrir de beaux moments de rafraîchissements aux visiteurs!

On continue ensuite vers une série de lacs : petit Castor, Oliva et on termine la visite… chez Gaétan, le père d’Alexandre, et le président de la ZEC.

À chaque fois, je tombe un peu sous le charme : ces gens qui nous accueillent chez eux, pour nous parler de territoires qu’ils aiment profondément, et qu’ils souhaitent voir se développer durablement, ajoutent vraiment aux Escapades. Le beau côté humain de ces zones naturelles!

En attente de la surprise 

Sépaq octobre 2019

On retourne ensuite dîner au Camp, en se disant qu’on ira voir la Tourelle sur la montagne à Feu après avoir mangé. Alexandre et Clara viennent nous retrouver vers 14h. A-t-on le temps d’aller voir la montagne? C’est qu’on attend la surprise pour 14h30-15h…

Vers 15h30, comme la surprise n’est pas là, on décide d’aller voir la montagne. Pour moi, la Beauce, c’était assez plat. Ce qui est effectivement le cas, mais du haut de cette montagne, le relief plat nous donne des perspectives incroyables sur l’Estrie, le Maine et même les Appalaches, au loin.

Un kiosque d’observation et une tourelle ont été aménagés au sommet, pour faire profiter les randonneurs de ces perspectives idylliques : des plans pour passer plusieurs à regarder au loin!

Vers 18h, la surprise n’est toujours pas en vue… Gaétan et sa conjointe, venus nous retrouver au Camp, ainsi qu’Alexandre et Clara retournent vers leur propre chalet pour le souper.

On prépare notre propre souper tandis que la nuit tombe. Moi, j’avoue qu’en nature, lorsqu’il fait aussi noir, je m’endors tôt, très tôt… Mais pas ce soir. Un véhicule arrive au Camp vers 20h : la surprise est là! C’est qu’elle vient de loin, et qu’elle a dû conduire plusieurs heures avant d’arriver à nous. 

Joanie Lamoureux, fauconnière, exerce son métier depuis plusieurs années. Elle a débuté à 16 ans au Parc Safari et a grandi avec les oiseaux de proie. T

echnicienne en santé animale, elle est maintenant directrice de l’éducation et de l’animation au Parc Safari, et vice-présidente de AQFA – Association Québécoise des Fauconniers et Autoursiers.

C’est donc avec elle que dimanche, nous irons chasser… ainsi qu’avec une buse de Harris et un Jack Russell, Stormfly et Suzanne, de leurs noms. En attendant, quelques photos de nuit!

Ben oui, le camion! Mais j’ai volé cette idée de photo à François… 

Le dimanche matin, vers 8h30, Gilles, le directeur général de la ZEC, vient nous rejoindre, accompagné de sa fille. Gaétan et Alexandre viennent se joindre à nous pour le début de l’activité : tout le monde veut voir Stormfly voler! Joanie nous explique donc quelques rudiments de la fauconnerie avant de partir à la chasse : saviez-vous que cette activité n’était pratiquée que depuis 2000 ans environ, et légale au Québec que depuis 10 ans? 

Club de tir BSL 2

Un oiseau impressionnant

Avant de prendre la route, Joanie fait faire quelques rappels à la buse. Un pour presque chacun de nous! L’oiseau est impressionnant de taille et pourtant, quand il se pose sur notre bras, il est léger! Il doit garder un poids maximal pour la chasse (entre 970-980 grammes, si je ne m’abuse), sans quoi, trop lourd, il ne voudrait pas tenter d’attraper ses proies. 

On se promène ensuite dans les sentiers de la ZEC avec le trio d’enfer. Comment fonctionnent-ils en équipe? Suzanne et Joanie se promènent au sol, tandis que Stormfly suit de près, perchée en hauteur. 

 Lorsqu’elle trouve une proie, Suzanne la fait sortir des buissons et Stormfly s’occupe d’aller l’attraper. Un joli travail d’équipe! Le respect est de mise entre les animaux, en autant que Suzanne reste à une bonne distance de Stormfly…

Malheureusement pour nous, on n’a attrapé aucun animal durant notre chasse. Les faisans emmenés sur le territoire le vendredi avaient dû être déjà capturés en majorité et le chaud soleil de midi réduisait notre chance de voir tout autre petite proie. Ce sera pour la prochaine fois! Voir l’équipe travailler et Stormfly voler ont été notre récompense : et puis, on pourra toujours les ré-inviter prochainement pour une chasse encore plus productive et sportive!

*Peu de gens pratiquent la fauconnerie comme Joanie, l’AQFA compte seulement 45 membres! C’est, je trouve, une belle forme de chasse à découvrir, qui mise sur la qualité plutôt que la quantité et surtout, qui donne une belle place à la relation homme/animal/nature et le travail de coopération qui peut être fait entre eux. Répandez le mot!

**Un merci spécial à Joanie, Alexandre, Gaétan et Gilles, pour avoir pris le temps de nous faire découvrir leurs passions! 

Pour en savoir plue: https://mathildecrepinphoto.com/2019/09/23/des-rencontres-de-toutes-sortes/

Merci encore au Réseau Zec pour ces aventures et à SAIL pour tout le bel équipement! #mesescapadeszec #reseauzec #sailpleinairoutdoors





Zec Québec
Club de tir BSL 2
FédéCP
RDVN Facebook