Découvertes La pourvoirie Hipou : le succès d'une entreprise locale
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

La pourvoirie Hipou : le succès d'une entreprise locale

Un vent d'optimisme envisagé pour les années à venir

La Pourvoirie Hipou est active depuis maintenant 34 ans. Les innus de Nutashkuan se dressent ainsi comme des leaders en matière de tourisme autochtone. (Photo courtoisie Pourvoirie Hipou)

Située à Natashquan sur la Côte-Nord, la Pourvoirie Hipou se démarque depuis plusieurs années comme un modèle exemplaire en termes de tourisme autochtone et de pourvoirie de pêche au saumon.

Par Catherine Morin, Initiative de journalisme local- LE PORTAGEUR

Et ce n'est pas la COVID-19 qui aura nuit au succès de l'entreprise autochtone cette année. Bien qu'ils aient mis toutes les mesures sanitaires en place pour veiller à la sécurité de la clientèle, la pourvoirie à tout de même pu opérer à pleine capacité pendant tout l'été. Elle affichait par ailleurs complet quelques mois avant le début de la saison de pêche.

Le directeur Jean Mestokocho rencontré lors d'une entrevue, nous détaille les mesures mises en place pour assurer la sécurité de tous et toutes.

" On exigeait que les personnes qui viennent à la pourvoirie soient vaccinées, qu'elles aient au moins une dose de vaccin. Pour répondre aux exigences de la santé public et du conseil de bande il fallait satisfaire les deux ". Au total, c'est 10 pêcheurs qui pouvaient loger dans le premier chalet alors que le second a pu recevoir jusqu'à 12 pêcheurs à la fois.

L'an passé, la pourvoirie n'a pu ouvrir ses portes qu'à une partie de la population locale en raison des mesures sanitaires mises en place à ce moment-là. La saison s'est tout de même avérée bonne. Elle a permis de faire découvrir la pêche sportive aux habitants de la région.

" Ça a donné une piqûre certaine a des nouvelles personnes qui se sont adonné à la pêche sportive dans la région ", soutient M. Mestokocho.

Zecs Québec septembre 2021

Si la COVID-19 le veut

L'idée d'expédition " Photo safari " sur la table depuis le début de la saison n'aura cependant pas lieu cette année pour des raisons liées à la pandémie.

M. Mestokocho assure toutefois revenir l'an prochain avec ce projet singulier qui permettra à la pourvoirie de prolonger sa saison touristique au-delà du 9 août. L'activité permettra aux visiteurs de descendre la grande rivière Natashquan en canot jusqu'à la chute `'numéro 4'' aussi appelée le " sanctuaire du saumon " où il sera possible d'aller photographier le saumon, qui y est abondant, " sauter dans la rivière ".

Dégustation de saumon et visite de campements innus traditionnel seront aussi au programme de l'excursion. Un projet qui viendra assurément bonifier l'offre touristique dans la région.

M.Mestokocho entend également faire peau neuve au chalet du camp numéro 1, qu'il considère désormais comme étant désuet : " C'est un chalet qui date des années 1960. Il est toujours opérationnel, mais il y a beaucoup de travaux à faire. ". Il planifie travailler à la construction d'un nouveau chalet l'été prochain lorsque la saison de pêche sera terminée.

Fierté locale

Sépaq mai 2022 4

L'entreprise active depuis maintenant 34 ans s'illustre fièrement comme un moteur économique important dans la communauté. Les innus de Nutashkuan se dressent ainsi comme des leaders en matière de tourisme autochtone et de pourvoirie pour la pêche au saumon. Cela représente une belle visibilité pour l'entreprise à travers le Québec, mais participe aussi activement à la vitalité économique de la communauté.

L'entreprise génère à elle-même près de 30 emplois dans la communauté à chaque année. Et M. Mestokocho ne s'arrête pas là : `'Quand ils travaillent [les employé.e.s] à la pourvoirie, ils peuvent avoir assez d'heures pour leur assurance chômage, donc l'employé qui travaille il peut vivre avec son assurance chômage en automne et en hiver. Ce n'est pas seulement l'employé qui en bénéficie, mais aussi sa conjointe et ses enfants. ''

Enfin, à la question " Est-ce que ça a mordu cette année? " l'ancien guide de pêche aujourd'hui devenu directeur de la pourvoirie nous répond que le début de saison fut bon, " mais qu'au fur et à mesure que la saison avançait, ils ont remarqué que la température de la rivière de l'eau était anormalement plus chaude que les années passées, ce qui a donné comme résultat que la pêche a été plus difficile cette saison ".

Il se dit par ailleurs inquiet face aux changements climatiques et les répercussions que cela pourrait avoir sur la pêche au saumon. C'est malgré tout avec optimisme qu'il envisage les années à venir qui se dessinent déjà comme la promesse d'un projet ambitieux et durable.





Zec Québec septembre 2021
Sépaq mai 2022 4
Pronature
Sépaq mai 2022 1