Chasse Le climat, nouvel adversaire pour les chasseurs
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Le climat, nouvel adversaire pour les chasseurs

Un véritable tour de force

Quelle que soit l’espèce de gros gibier que vous allez chasser cet automne, vous devez toujours tenir compte des conditions climatiques que nous vivons aujourd’hui. (Photo Julien Cabana)
Julien Cabana

Depuis quelques années, les chasseurs ont à déjouer un adversaire de taille qui n’était pas dans leurs plans antérieurement, le climat.

Pour bien des gens, les chaudes journées de septembre deviennent en quelque sorte une prolongation de l’été, ce qui est agréable en soi.

Toutefois, pour les chasseurs qui récoltent un gibier durant ces journées très chaudes, réussir à conserver la viande pour qu’elle soit comestible devient parfois un véritable tour de force.

Ceux et celles qui chassent dans une des réserves fauniques de la Sépaq ou chez un pourvoyeur ont plus de chance. Les dirigeants des deux réseaux ont pris des mesures en conséquence. On offre le service d’entreposage dans des camions réfrigérés ou des entrepôts, de sorte que la viande des gibiers est protégée. Ces services sont gratuits.

Pour les amateurs de chasse qui possèdent leur territoire de chasse, que ce soit une zec ou encore leur chalet qui se trouve sur les terres de la Couronne en vertu d’un bail, les choses sont complètement différentes.

En raison de la chaleur, il faut donc prendre les mesures qui s’imposent. Il est certain que la meilleure chose à faire, c’est de transporter votre gibier chez le boucher le plus rapidement possible. Si c’est impossible, il faut agir de façon à ne pas contaminer sa viande.

Sépaq août 2022 3

DES MESURES

La première chose à faire, lorsque vous avez abattu votre gibier, c’est de l’éviscérer le plus rapidement possible. Il faut faire très attention à ne pas contaminer la viande avec les déchets contenus dans la panse de l’animal ou encore dans la vessie. Le travail d’éviscération doit être rapide, précis, en gardant toujours en tête de protéger la viande.

Le spécialiste Pierre Caron précisait qu’il ne faut que 24 heures, à des températures variant entre 10 et 20 °C, pour perdre son gibier au complet, parce que la viande va chauffer. Il va sans dire qu’avec des températures de 22, 24 et même plus, la rigueur est de mise.

Une fois que vous avez éviscéré la bête, le spécialiste conseille de pomper les quatre pattes au moins une dizaine de fois afin de vider le sang dans les artères. 

Il est préférable de couper la bête en quartiers, d’enlever la peau, ce qui permettra à la viande de refroidir plus rapidement. Finalement, même si certains sont contre, il vaut mieux mettre du coton à fromage sur les quartiers, pour protéger votre viande des moustiques et ne pas la salir lors du transport.

Pronature permanent 2

Idéalement, une fois suspendue, la température de votre viande doit descendre de 0 à 4 °C pour avoir une viande saine à manger.

Deux petits trucs importants que Pierre Caron nous a donnés.

« Il faut absolument réserver une place dans une boucherie avant de partir parce que les commerces qui font du débitage de viande sauvage sont de plus en plus rares. Aussi, je conseille aux chasseurs d’avoir avec eux une glacière contenant des bouteilles d’eau congelées, afin d’y déposer les abats, foies et autres. Ce sont des parties qui se contaminent très rapidement. ».





Zec Québec septembre 2021
Pronature permanent 2
Zec Québec septembre 2021