Chasse La chasse du chevreuil est en danger au Québec, estime Charles-Henri Dorris
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

La chasse du chevreuil est en danger au Québec, estime Charles-Henri Dorris

Notre chroniqueur tonne contre la façon de faire de Québec

Charles-Henri Dorris, deuxième à partir de la droite, avec son cerf récolté récemment en Alberta, un « buck » massif de 250 livres éviscéré, coiffé d’un panache de neuf pointes, incluant la pointe atypique. (Photo Charles-Henri Dorris )
Ernie Wells

Après deux saisons d’application du Plan de gestion du cerf de Virginie 2020-2027, les dispositions du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs continuent de susciter le mécontentement des chasseurs aux quatre coins de la province.

Parmi eux, le guide et spécialiste des grands gibiers, auteur et chroniqueur, Charles-Henri Dorris. Dès que ce plan a été rendu public à l’hiver 2020, Charles-Henri Dorris a dénoncé des dispositions qui selon lui, compromettent non seulement la qualité de la chasse de ce gibier chouchou des Québécois, le cerf de Virginie.

Dans une entrevue exclusive à « Rendez-Vous Nature », Charles-Henri Dorris tonne contre la façon dont Québec gère l‘espèce, au point que pour lui, sa quête du cerf est terminée au Québec. Même que selon lui, la chasse du chevreuil est carrément en danger sur le Québec continental.

Selon le spécialiste des grands gibiers, auteur de plusieurs ouvrages, chroniqueur à « Sentier Chase Pêche » et à « Rendez-Vous Nature », aucune zone où le chevreuil abondait sur les terres de la Couronne n’est épargnée. « Et le cheptel est nivelé vers le bas, et non vers le haut ce qui conduit à une qualité de chasse médiocre », soutient-il.

PRONATURE RIMOUSKI

Il annule sa chasse du cerf au Québec

L’automne dernier, pour la première fois depuis son très jeune âge qu’il pratique la chasse, que Charles-Henri Dorris n’a pas chassé le cerf mâle mature au Québec.

« Je gagne ma vie par la chasse, je suis un chasseur professionnel, mais comment faire pour récolter un chevreuil mâle d’intérêt quand il n’y en a même plus sur mes différents territoires où j’ai la chance d’avoir plusieurs accès ! J’ignore si un jour le grand boss au ministère de la faune finira par admettre les erreurs », s’interroge Charles Henri Dorris.

Cossette 5

Cette année, Charles-Henri a préféré chasser dans l’Ouest canadien, en Alberta, où selon lui, le chevreuil est abondant parce que les gestionnaires ont adopté des modes de gestion qui favorisent, depuis 20 ans, une qualité de chasse du chevreuil. Et il est d’avis que c’est le contraire au Québec où les densités de cerfs et la qualité de la chasse sont en régression.

Charles-Henri Dorris, dans une entrevue à « Rendez-Vous Nature », qu’on peut écouter ou réécouter en cliquant sur le lien ci-dessus.





Zec Québec septembre 2021
Cossette 5
Cosette 2