Chasse Véronique Gagnon récolte son premier orignal à vie!
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Véronique Gagnon récolte son premier orignal à vie!

Elle raconte son aventure vécue dans la ZEC Bas-Saint-Laurent

Tout en prenant leur place dans la sauvagerie québécoise, les femmes, comme l’enseignante à l’Institut Maritime du Québec à Rimouski, Véronique Gagnon, projettent une belle image de la chasse sportive. (Photo Paul Dionne)
Ernie Wells

La relève à la chasse ne vient pas surtout des enfants des chasseurs, et de nouveaux initiés, mais des femmes, qui prennent de plus en plus leurs places dans la sauvagerie québécoise.

Au point de se demander si en 2020, on peut encore parler de « veuves de chasse »…

Des femmes forment leur propre groupe de chasseuses, et chaque membre a ses fonctions. En 2019, 30 % des Certificats du chasseur étaient destinés aux femmes. Et ça continue d’augmenter.

Sépaq aout 2020 1

À mon avis, les femmes chassent mieux que les hommes. Elles sont plus patientes, plus minutieuses, plus calmes. Elles chassent avec des fusils, carabines, et arc et arbalète. Et elles présentent une belle image de la chasse sportive, qui met en valeur la pratique de cette activité traditionnelle qu’est la chasse.

C’est le cas de Véronique Gagnon, du Bic près de Rimouski, une enseignante à l’Institut Maritime du Québec à Rimouski, et qui vient de vivre sa première récolte à vie d’un l’orignal à l’arbalète sur la ZEC Bas-Saint-Laurent.

Mont-Lebel Chasse & Pêche

Véronique Gagnon relate sa chasse à succès en entrevue exclusive à « Rendez-Vous Nature ». Vous pouvez entrendre ses propos en cliquant sur le lien ci-haut.





Zec Québec
Mont-Lebel Chasse & Pêche