Chasse « La chasse du dindon aurait dû être repoussée ou annulée »
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

« La chasse du dindon aurait dû être repoussée ou annulée »

L'opinion de notre chroniqueur Charles-Henri Dorris

Dans le contexte de la pandémie actuelle de la COVID-19, la chasse du dindon sauvage est maintenue aux dates prévues, soit du 24 avril au 5, et au 18 mai, selon les zones de chasse provinciales.
Ernie Wells

La saison de la chasse du dindon sauvage 2020, qui débute ce vendredi 24 avril, fait des malheureux et suscite grogne, frustrations, déceptions et injustice chez les quelque 20 000 amateurs.

En tout, 17 891 permis vendus l’an dernier et la récolte a été de 8 024 dindons sauvages.

Ce qui n’aide pas à calmer les esprits, au contraire, ce sont les observations d’avant-chasse : « J’ai des infos de plusieurs régions et on me rapporte qu’il y a des dindons sauvages comme jamais auparavant, en raison d’un hiver clément. C’est vraiment regrettable », commente un passionné de ce grand oiseau, André Morin, de Rimouski.

Dans le contexte de la pandémie actuelle de la COVID-19, la chasse du dindon sauvage est maintenue aux dates prévues, soit du 24 avril au 5, et au 18 mai, selon les zones de chasse provinciales.

Pour plusieurs chasseurs, Forêts, Faune et Parcs Québec n’est pas équitable car le gouvernement satisfait une partie seulement des amateurs, ceux qui résident dans des zones où la chasse est permise, au détriment des chasseurs qui sont confinés dans leur région en raison de la pandémie.

Passion herbale

« Québec fait fausse route »

En entrevue exclusive à « Rendez-Vous Nature », le chroniqueur, auteur, formateur et guide de chasse, Charles-Henri Dorris, croit que dans ces circonstances, Québec fait fausse route et qu’il aurait été préférable de repousser à plus tard la saison de chasse printanière; selon l’état de la situation de la COVID-19, voire même de l’annuler complètement.

Selon le spécialiste, les conséquences de cette saison de chasse printanière du dindon, face à cette pandémie, a des conséquences humaines et aussi économiques.

« Je ne veux en aucun temps juger de l'efficacité des mesures imposées par notre gouvernement afin de limiter la propagation du COVID-19. Mais je suis d’avis qu’il n’est pas équitable de permettre l’ouverture de la chasse si un grand pourcentage des chasseurs n'ont pas le droit de sortir de leur région. Les gens ayant la chance d'être dans la région où ils chassent, pourront jouir de cette activité, mais les autres ne verront que passer des tableaux de chasse sur les réseaux sociaux. Cela risque de provoquer des effets négatifs sur l’humeur des gens concernés. Il aurait peut-être été plus sage, voire équitable, d’annuler la saison de chasse aux dindons sauvages en 2020», estime Charles-Henri Dorris.

Fondation de la faune- J'aime la pêche

Et il ajoute : Je crains que certains opportunistes pourraient profiter de l’absence de voisins pendant le confinement, afin peut-être de dépasser les limites de leur terrain de chasse. L’humain, le chasseur, n’est pas toujours sportif et en l'absence de surveillance, la tentation fait souvent place à la transgression des règles d’éthiques ».

Et dire que l’hiver a été favorable aux dindons et la récolte s'annonce donc fort prometteuse. Pendant ce temps, Charles-Henri Dorris s’ajuste à la situation et il dispense des formations en ligne sur la chasse des grands gibiers sur son site FaceBook à l’adresse : www.facebook.com/lachasseaveccharlesdorris.

Les chasseurs de dindons sauvages, comme les chasseurs en général, partageront sûrement les réflexions de Charles-Henri Dorris sur la saison de la chasse du dinson sauvage 2020, cette semaine à « Rendez-Vous Nature ». Cliquez sur le lien ci-haut. 





Zec Québec
Fondation de la faune- J'aime la pêche
Club de tir du Bas-Saint-Laurent
Sépaq aout 2020
Passion herbale 3
Zec Québec Bronze
Passion herbale 4