Chasse L’échéance du 29 janvier 2019 approche pour les chasseurs
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

L’échéance du 29 janvier 2019 approche pour les chasseurs

Une entrevue marquant de 2018 avec Clément Robitaille du SIAF

D’ici au 29 janvier 2019, au rythme où vont les choses, on prévoit que 300 000 armes d’épaule auront été enregistrées sur une possibilité de 1 600 000 armes de chasse.
Ernie Wells

On beau dire, on a beau faire et espérer un retour en arrière, les chasseurs et les collectionneurs d’armes longues sans restriction seront confrontés à l’échéance de la « Loi sur l'immatriculation des armes à feu ».

Cette dernière a été adoptée par l'Assemblée nationale le 29 janvier 2018 et qui entrera en vigueur le 29 janvier 2019.

Le Québec est la seule province au pays à rétablir un registre des armes de chasse. Le gouvernement canadien avait tenté l’expérience en 1995, puis l’a abandonné en avril 2012.

En 10 ans, l’implantation du programme de contrôle des armes avait alors atteint les 2 milliards de dollars, soit 1 000 fois plus que prévu. En 2010, les conservateurs de Stephen Harper avait tenté de faire adopter un projet de loi pour abolir le registre d’armes d’épaule une fois pour toutes.

« Ce registre, coûteux et inefficace, traite les chasseurs et les fermiers comme des criminels », avait argué le PM Stephen Harper qui a finalement retiré du pays deux ans plus tard.

Le gouvernement libéral de Philippe Couillard devait imiter le geste des libéraux canadiens même si leur expérience avait été coûteuse et inutile. Le projet de loi qui visait à créer le registre provincial des armes à feu a été adopté en juin 2016. Ce projet de loi 64 sur l’immatriculation des armes à feu a été adopté par un vote nominal.

Huit députés l’ont rejeté dont sept en provenance de la Coalition Avenir Québec où on permettait le vote libre sur cet enjeu. Ainsi, les députés Éric Caire, Sébastien Schneeberger, André Lamontagne, Chantal Soucy, André Spénard, François Paradis et Marc Picard ont marqué leur opposition.

Une loi qui ne pourra pas être appliqué 

Zecs Québec Argent 2

D’ici au 29 janvier, au rythme où vont les choses, on prévoit que 300 000 armes d’épaule auront été enregistrées sur une possibilité de 1 600 000 armes de chasse.

Le porte-parole de « Tous contre un registre québécois des armes à feu », Guy Morin, a fait savoir à La Presse que selon lui, la loi ne pourra pas être appliquée.

Dans le cas contraire, M. Morin y verrait un geste de répression envers des milliers de gens honnêtes et raisonnables ». Et respectueux des lois et des règlements qui encadrent leur possession et leur remisage.

L'organisme « Poly se souvient » demande à Québec de sortir « le bâton » et de rappeler aux contrevenants qu'ils s'exposent à une amende de 5000 $ s'ils n'inscrivent pas leur arme à la date limite du 29 janvier 2019…

Malgré le risque de se faire imposer une amende de 5000 $, nombre de propriétaires d'armes rencontrés ne semblent pas craindre cette menace souhaitée par « Poly se souvient ».

Pour le moment, quelque 260 000 armes sont immatriculées au Registre québécois sur un nombre estimé à 1 million 600 000 armes sans restriction, que possèdent quelque 285 000 chasseurs.

Repousser le délai

FédéCP

Le député de Bonaventure Sylvain Roy, porte-parole de l’opposition en matière faune et forêts, demande une prolongation du délai de six mois, au-dela du 29 janvier 2019. Selon le député-chasseur de Bonaventure, la CAQ doit aussi assouplir l’obligation de déclarer le déplacement de deux semaines d’une arme à feu dans une autre région, mais au moins à un mois. « Un chasseur d’orignal a neuf jours pour chasser de la Gaspésie.

Il n’arrivera pas la veille de la chasse et il ne partira pas le lendemain non plus», soutiens le député Sylvain Roy qui comprend la résistance des chasseurs à enregistrer leurs armes longues.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbeault, dit vouloir d’abord mise plutôt sur le méthode douce pour convaincre les chasseurs en leur demandant d’enregistrer leurs armes de chasse durant la période des Fêtes…

Une entrevue marquante de 2018 

Histoire de tout savoir ou presque sur ce registre, à un mois de l’échéance du 29 janvier 2019, « Rendez-Vous Nature » vous propose la rediffusion d'ne entrevue exclusive réalisée au cours de l'automne avec le responsable du Service d'immatriculation des armes à feu, le SIAF, Clément Robitaille. 

Pour écouter cet entretient, cliquez sur le lien ci-haut. 





Zec Québec
FédéCP
Fondation de la faune- J'aime la pêche
FédéCP
Zec BSL hiver 2019 2
Zec BSL hiver 2019
Chasseurs généreux 2
Club de tir du Bas-Saint-Laurent
Guide expert