Chasse Les chasseurs de la Gaspésie très intéressés à chasser le coyote
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Les chasseurs de la Gaspésie très intéressés à chasser le coyote

Ils contribueront notamment à sauvegarder les caribous.

Le coyote occupe la même place écologique que son cousin des États-Unis, le « chacal américain », mais ce dernier est plus imposant et plus féroce.
Ernie Wells

Les chasseurs sportifs de la Gaspésie semblent très intéresses à diversifier leurs expériences de chasse en ajoutant celle du coyote.

C’est ce qu’on constate à la suite de la tournée de conférences gratuites sur la chasse du coyote qui se déroulait du 26 février au 2 mars derniers à Sainte-Anne-des-Monts, Grande Vallée, Gaspé, Grande-Rivière et Maria.

Quelque 250 futurs adeptes de la chasse de cette espèce de canidés, proche cousin du loup gris, mais plus petit que le loup de l’Est, ont assisté à ces conférences avec un grand intérêt, selon les commentaires recueillis auprès du président de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs - Gaspésie-Les Îles, Alain Poitras, organisateur et promoteur de cette tournée de formation, assurée par un spécialiste de la chasse aux prédateurs, Francis Robidoux.

Un outil de gestion efficace

Zec Québec Argent

Cette tournée gaspésienne avait pour objectif de promouvoir la chasse du coyote comme un outil de gestion efficace pour contribuer à la sauvegarde de la population de caribous de la Gaspésie.

C’est donc un bilan positif que dresse le président Alain Poitras, qui a assisté à toutes les conférences de Francis Robidoux, envers qui il n’a que de bons mots pour les connaissances transmises aux chasseurs par ce spécialiste de la chasse du coyote.

Notons que le coyote occupe la même place écologique que son cousin des États-Unis, le chacal doré ou « chacal américain ». Mais ce dernier est plus imposant et demeure un prédateur plus féroce que le coyote, que certains appellent aussi chacal.

FédéCP




Zec Québec
FédéCP
Enviro Saules