Chasse Mieux connaître les effets de la forte densité des orignaux sur les forêts
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Mieux connaître les effets de la forte densité des orignaux sur les forêts

Le rapport de recherche devrait être déposé à la fin 2018 ou au début 2019.

Des observations sur le terrain permettent de penser que la forte population d’orignaux en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent pourrait avoir des répercussions sur l’habitat de l’orignal et sur la santé future des forêts.
Rendez-Vous Nature

ICI Radio-Canada rapporte que le Collectif régional pour le développement (CRD) du Bas-Saint-Laurent tentera de mieux connaître les effets de la forte densité des orignaux au cours des prochains mois.

Selon la journaliste Joane Bérubé, le CDR a reçu une subvention de 75 000 $ pour cette étude de la densité des orignaux sur la régénération des forêts.

La société d'État indique que des observations sur le terrain permettent de penser que la forte population d’orignaux dans certains secteurs des zones de chasse 1 et 2 (Gaspésie et Bas-Saint-Laurent) pourrait avoir des répercussions sur l’habitat de l’orignal et sur la santé future des forêts.

C’est dans ces zones qu’on recense certaines des plus fortes densités d'orignaux au Québec. La recherche se déroulera sur les territoires de la pourvoirie Le Chasseur, de la ZEC du Bas-Saint-Laurent, et des réserves fauniques de Rimouski et Duchénier.

Biologiste de formation, le conseiller scientifique du CRD, Laurent Gagné, explique que cette recherche permettra de mieux connaître l’alimentation de l’orignal durant la période hivernale. L’animal est surtout friand de feuillus, mais l’hiver, lorsqu'il y a de la neige, l’orignal se tourne vers les pousses de conifères, notamment celles du sapin baumier.

Zec Québec Argent

Une essence forestière très importante 

« Le sapin est une essence forestière très, très importante au Bas-Saint-Laurent, souligne Laurent Gagné à ICI Radio-Canada. C’est une essence que l’industrie forestière utilise beaucoup et c’est là qu’on s’interroge sur l’importance de l’impact sur cette essence-là. Pour avoir des comparatifs, on prépare actuellement des cartes, ou une méthode d’inventaire pour cibler des secteurs à très haute densité et à moins forte densité d’orignaux»

L’étude se déroulera au printemps, dès la fonte des neiges, jusqu’à la fin juin. Le rapport de recherche devrait être déposé à la fin 2018 ou au début 2019.

Pour lire l'article complet, consultez le http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1081223/etude-consequences-densite-orignaux-foret

Zec BSL été 2018

Source: ICI Radio-Canada





Zec Québec
Zec BSL été 2018
RDVN Facebook
RDVN Twitter
Mont-Lebel Chasse & Pêche