Chasse Guy Morin se dit prêt à aller jusqu’en prison pour défendre ses convictions
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Guy Morin se dit prêt à aller jusqu’en prison pour défendre ses convictions

Entrevue avec le porte-parole du collectif «Tous contre un registre québécois des armes à feu».

Guy Morin soutient que le registre va créer un faux sentiment de sécurité dans une société québécoise qui s’isole du reste du pays, où les autres canadiens n’ont plus cette obligation en raison du fiasco qui a été créé jusqu’en 2012. (Photo Facebook)
Ernie Wells

Guy Morin persiste et signe, et selon lui, le nouveau registre québécois des armes d’épaule ou armes longues ; fusils et carabines, sera inapplicable et inutile et il se dit prêt à aller jusqu’en prison pour défendre ses valeurs et ses convictions.

En entrevue à « Rendez-Vous Nature », trois jours après l’entrée en vigueur de ce registre le 29 janvier, le porte-parole du collectif «Tous contre un registre québécois des armes à feu» ne démord pas.

« Rien n’oblige un honnête québécois, propriétaire d’armes de chasse, à les enregister maintenant. On a un an pour le faire et rien ne nous oblige à les enregistrer présentement. La seule chose qui va donner des forces à cette loi, est le nombre d’armes enregistrées à la date limite du 29 janvier 2019. Et j’ai hâte de voir dans un an combien de propriétaires auront enregistré leurs armes », ajoute Guy Morin.

On compterait environ 500 000 propriétaires qui détiendraient quelque 1 700 000 armes au Québec.

Réseau Sépaq

Celui qui s’est aussi battu pour l’abolition du défunt registre fédéral des armes, créé en 1995, et qui avait couté 2 milliards de dollars aux contribuables canadiens, sans faire diminuer les crimes avec arme à feu, craint que l’enregistrement qui est gratuit présentement, ne le soit pas indéfiniment. « On a comparé le Registre des armes à l’enregistrement des voitures qui n’est pas gratuit ».

20 minutes d’entrevue

Guy Morin consacre quelque 20 minutes d’entrevue à « Rendez-Vous Nature », pendant lesquelles il soutient notamment que ce registre va créer un faux sentiment de sécurité dans une société québécoise qui s’isole du reste du pays, où les autres canadiens n’ont plus cette obligation en raison du fiasco qui a été créé jusqu’en 2012.

Réseau Sépaq

Vous pouvez écouter cet entretien en cliquant sur le lien ci-haut. 

À ne pas manquer à l’émission « Rendez-Vous Nature » des 3 et 4 février 2018 sur les ondes de COOL 103,5 à Saint-Georges le samedi 7 h; à CHOX 97,5 La Pocatière, aussi le samedi à 7 h; à CFYX 93,3 Rimouski, le samedi à 8 h, et en rappel le dimanche à 11 h, à CIEL 103,7 Rivière-du-Loup, le dimanche à 6 h 30 et à CIQI 90,3 Montmagny, le dimanche à 7 h et au www.rendezvousnature.ca.




Respirez (Réseau zec) Or
Réseau Sépaq
Seigneurie Lac-Métis
RDVN Twitter
RDVN Facebook