Camping Camping Québec veut conserver une classification
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Camping Québec veut conserver une classification

Le programme serait sur une base volontaire

Avant de se déplacer avec de tels équipements, les campeurs aiment bien savoir ce qui les attend une fois rendus sur le terrain de leur choix. (Photo Julien Cabana)
Julien Cabana

Avec l’entrée en vigueur de la nouvelle mouture de la Loi sur l’hébergement touristique qui sort la classification de la loi, Camping Québec a décidé de maintenir un programme sur une base volontaire.

« Ce qui est important de comprendre, c’est que le principe de la classification avec les étoiles qui apparaît présentement est toujours rattaché à l’ancienne loi », d’expliquer le président-directeur général de Camping Québec, Simon Tessier. 

« Il faut comprendre que durant la pandémie, nous ne sommes pas sortis à l’extérieur pour classifier les campings. Ça fait deux ans que nous ne sommes pas allés sur le terrain. Lorsque la nouvelle loi va être en fonction, d’ici quelques semaines, les campings vont avoir un certain laps de temps pour retirer leurs panonceaux étoilés, poursuit-il. Cependant, pour nous, sur notre site et autres, tout va disparaître sauf pour ceux qui se sont inscrits à notre programme de classification volontaire. » 

Jusqu’à présent, plus de 200 campings se sont inscrits et M. Tessier pense que ce nombre va augmenter. 

« Les campings n’ont pas vécu sans étoiles, qui est le signe de référence pour les amateurs. »

UNE PREMIÈRE CLASSIFICATION

Sépaq mai 2022 2

Après plusieurs saisons sans se rendre sur le terrain, les experts de Camping Québec vont procéder cet été.

« Cet été, nous allons vivre notre première saison de classification volontaire, de mentionner le PDG. Nous avons un itinéraire qui va nous permettre d’aller à la rencontre des campings qui ont adhéré au programme, comme cela se faisait dans le passé. Il est certain que nous allons en faire moins. » 

« Dans le passé, nous avions déjà eu un programme de classification volontaire qui amenait des problèmes. Les campings nous disaient que s’ils n’avaient pas le nombre d’étoiles qu’ils désiraient, ils se retiraient de Camping Québec. Alors, cette saison, nous allons faire le programme et si le camping n’est pas heureux de son résultat, il ne sera pas obligé de l’afficher », ajoute-t-il.

Si le camping choisit de ne pas afficher son résultat, il n’aura pas les avantages qui viennent avec la participation au programme. Si la classification est disparue dans la nouvelle loi, il existe tout de même une obligation pour les campings.

« Dans la nouvelle loi, il y a quand même un enregistrement obligatoire, d’expliquer monsieur Tessier. Il s’agit dans les faits d’une forme de permis qui se fait sous la forme d’une déclaration qui doit être faite à Camping Québec afin de prouver que le camping est toujours dans le domaine. Ce permis coûte 145 $. C’est une obligation gouvernementale. Pour ce qui est d’une vérification sur le terrain, elle sera faite uniquement auprès des campings qui participent au programme de classification volontaire. »

Pronature

Finalement, ce sont les consommateurs qui seront perdants. Un sondage fait auprès des amateurs de camping a révélé qu’ils se servaient des étoiles pour décider de leur destination et plus. 

« Nous aurions voulu que le système reste en place, mais, comme les décideurs ne voulaient pas, nous avons trouvé le compromis de la classification volontaire pour ceux qui veulent continuer de s’afficher. »  

Alors, si vous désirez continuer à vous fier sur les étoiles pour choisir votre camping, faites vite parce que sous peu, les informations vont disparaître de plusieurs plateformes d’informations. Pourtant, on nous demande souvent aujourd’hui d’exprimer notre satisfaction envers un service ou un établissement, en lui accordant des étoiles, d’une à cinq le plus souvent.





Zec Québec septembre 2021
Pronature
Pronature