Camping Un nouvel agrandissement réalisé au parc national de la Pointe-Taillon
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Un nouvel agrandissement réalisé au parc national de la Pointe-Taillon

Le secteur Camp-de-Touage-Les-Îles est ouvert au public

Même s’il peut le voir tous les jours dans le cadre de son travail, Mathieu Saint-Jean ne se lasse jamais d’admirer le majestueux lac Saint-Jean.
Julien Cabana

Déjà reconnu par les campeurs, le parc national de la Pointe-Taillon, au Lac-Saint-Jean, peut maintenant vous recevoir sur son nouvel agrandissement dans le secteur Camp-de-Touage-Les-Îles.

Pour l’avoir visité, je peux affirmer que ce site a beaucoup à offrir aux campeurs.

« Ces territoires appartenaient jusqu’à la fin des années 90 à la compagnie Abitibi-Consolidated, où ils faisaient du flottage de bois. Ils se servaient des îles pour amarrer leur machinerie qu’ils utilisaient pour transporter le bois sur l’eau, vers la Grande Décharge. Aussi, ils y stationnaient tous leurs équipements complémentaires », d’expliquer le directeur du parc, François Guillot.

« Une fois que leurs opérations se sont arrêtées en 1996, la compagnie a manifesté son intention de se départir de ces territoires. La MRC Lac-Saint-Jean-Est a levé la main. Après mûres réflexions pour trouver une solution afin d’assurer la mise en valeur et la protection du site, la MRC a engagé une firme pour lui donner des suggestions sur quoi faire avec le territoire. Il y avait celle d’intégrer ce territoire au parc national de la Pointe-Taillon. Les élus l’ont retenue. Ils ont demandé par la suite au gouvernement d’annexer ces territoires au parc. C’est en 2005 que j’ai été appelé à travailler sur cette initiative du milieu et de la MRC. »

Le 21 mai dernier, après 10,7 millions $ d’investissements divisés en 6,5 millions $ pour la mise en valeur du secteur et 4,2 millions $ pour l’aménagement de la route d’accès, le nouveau secteur Camp-de-Touage-Les-Îles ouvrait officiellement ses portes aux campeurs.

LES SERVICES ET LES ACTIVITÉS

Le nouveau secteur est situé dans la municipalité de Saint-Gédéon, en bordure de la baie des Cauchon.

« Nous offrons 80 emplacements au total, dont 36 sans service et 44 avec deux services », d’expliquer le responsable du service à la clientèle, Mathieu Saint-Jean. « Nos sites sont capables d’accueillir tout type d’équipement et ils offrent un accès et une vue imprenable sur le lac Saint-Jean. Il est aussi important de mentionner que le site est traversé par la Véloroute des Bleuets. Nous offrons aussi aux campeurs qui nous visitent la possibilité de profiter du centre de découvertes et de services, et du quai de mise à l’eau. » 

Si vous êtes un amateur d’histoire, on a aménagé une aire de pique-nique et de feu vous permettant de vous rappeler l’époque de la drave et du touage sur le lac Saint-Jean. En vous approchant du bord de l’eau, vous pourrez apercevoir les vestiges des fondations des quais d’autrefois. Un sentier riverain longe le site. En fin de journée, il vous offrira un spectacle unique : les couchers de soleil sur le lac Saint-Jean. Il vous sera aussi possible d’avoir accès à des points de vue qui vous offriront une vue imprenable sur le lac, vous permettant de comprendre l’immensité de cette mer intérieure.

PRONATURE RIMOUSKI

En plus des activités traditionnelles qui sont offertes dans le parc, telles que le vélo et les activités nautiques, les activités d’interprétation et de découverte sont bonifiées pour répondre à la soif de savoir des visiteurs. De surcroît, si vous décidez de vivre une aventure hors du commun, certaines îles sont accessibles le temps d’une journée, vous permettant de vivre une expérience exceptionnelle.

Le président directeur général de la Sépaq, Jacques Caron, illustrait très bien dans ses propos lors de l’ouverture du secteur le rôle de son organisme.

« Le secteur Camp-de-Touage-Les-Îles répond au besoin de se reconnecter avec la nature pour profiter de ses bienfaits. Sa mise en valeur renforce aussi le caractère culturel particulier et unique où l’histoire s’est écrite et où d’innombrables souvenirs se sont créés. Nous continuerons de prendre grand soin de ce joyau naturel. » 

DES PETITS PLUS IMPORTANTS

Sur cette nouvelle partie du terrain, il y a des petits plus qui peuvent compter pour beaucoup.

Comme aujourd’hui de nombreux campeurs voyagent avec leurs animaux de compagnie, dans la boucle C du camping, sur les sites 466 à 493, les chiens sont permis. Il va sans dire qu’il y a des conditions très strictes à respecter, comme le fait que votre animal doit toujours être en laisse et que vous ne pouvez pas le laisser seul toute la journée dans votre unité de camping.

Au centre de services, en plus de l’accueil et de la boutique typique d’un parc national, les campeurs peuvent profiter d’une salle équipée de moustiquaires où ils pourront même avoir accès à une connexion internet et à des projections de films. Vous pouvez donc profiter d’une nature unique, tout en gardant le contact avec les vôtres.

Sur le site, il est possible de faire la location de kayaks, de planches à pagaie et de vélos. Vous pouvez aussi profiter des services de guides naturalistes et de tours guidés en zodiac et en navette nautique par l’entreprise Tax-Îles.

RDVN Facebook

Il ne faut surtout pas croire que le développement va s’arrêter là. Pour l’avenir, la direction du parc songe à installer des « prêts-à-camper », à aménager un camping sur les îles et à agrandir le terrain actuel en ajoutant d’autres boucles d’emplacements de camping.

Si vous désirez vivre un séjour fantastique en pleine nature, découvrir un site exceptionnel qui a beaucoup à raconter et profiter de ce site merveilleux qu’est le lac Saint-Jean, planifiez-vous un séjour de camping au Camp-de-Touage-Les-Îles dans le parc national de la Pointe-Taillon. 

UN PEU D'HISTOIRE

Le touage ou la remorque de billots de bois sur le lac Saint-Jean à l’aide de bateaux et d’estacades a débuté en 1859. Le premier bateau à le faire se nommait Le Barbeau, propriété de la compagnie Price Brothers and Company. Les billots étaient ainsi transportés sur le lac Saint-Jean jusqu’aux embouchures des rivières.

Les bateaux circulaient à environ un mille à l’heure, ou 1,6 kilomètre-heure. Faire de la drave sur le lac Saint-Jean pouvait devenir dangereux et incontrôlable en raison des grands vents.

 





Zec Québec septembre 2021
RDVN Facebook
Zec Québec septembre 2021
FédéCP
PRONATURE RIMOUSKI
Sépaq septembre 2021 2