Camping Fini la classification pour les campings
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Fini la classification pour les campings

La classification par étoiles n’était plus à la hauteur

Dans le projet de loi 100 présenté par la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, on estime que la classification par étoiles n’était plus à la hauteur. (Photo Julien Cabana)
Julien Cabana

Alors que plusieurs autres provinces du Canada se préparent à adopter un système de classification semblable à celui du Québec, le gouvernement a décidé de l’abolir chez nous.

Dans le projet de loi 100 présenté par la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, on estime que la classification par étoiles n’était plus à la hauteur.

Selon un porte-parole du ministère, aujourd’hui les gens font des réservations sans tenir compte de la classification par étoiles d’un établissement, que ce soit un hôtel, une pourvoirie ou un terrain de camping. On me mentionnait « qu’aujourd’hui, les gens ne s’occupent pas de cela, ils vont sur le site internet d’un établissement, regarde s’ils peuvent trouver ce dont ils ont besoin et c’est tout. On réserve et on part ». 

J’ai signalé à mon interlocuteur que je n’étais pas d’accord avec sa lecture de la situation. Pour avoir côtoyé des milliers de chasseurs, de pêcheurs et de campeurs au fil du temps, la très grande majorité prenait soin de vérifier comment était évalué l’établissement qu’ils désiraient fréquenter. Savoir que l’établissement qu’on va visiter est bien classé, c’est quand même réconfortant. Le système de recommandations et d’étoiles existe partout dans le monde. Si le système d’étoiles n’est pas bon, pourquoi les restaurants français se battent-ils pour obtenir des étoiles au Guide Michelin ? 

Au Québec, vous pourrez désormais vous fier à des entreprises comme TripAdvisor et aux commentaires des gens pour savoir de quoi il en retourne. Il faut bien comprendre, toutefois, qu’un établissement peut être parfait pour une personne et très mauvais pour une autre. Comment faire la distinction ?

Sépaq mai 2022 5

UN DISCOURS DIFFÉRENT

Pourtant, alors qu’ils avaient mis sur pied le comité Lavoie pour étudier la loi sur l’hébergement touristique, les autorités gouvernementales avaient mentionné qu’il ne devait pas y avoir de décisions qui toucheraient les campings et les pourvoiries.

« À l’époque de la formation de ce comité, nous avions demandé à en faire partie, d’expliquer le président directeur général de Camping Québec, Simon Tessier. On nous avait expliqué que les décisions prises ne nous toucheraient pas, seulement les hôteliers. Force est d’admettre que ce n’est pas le cas. Plusieurs éléments ont été soulignés pour abolir le système, à partir du coût pour les entreprises, la paperasse et autres. On sent bien que même si nous exprimons notre désaccord, c’est une fin de non-recevoir. Alors, nous nous tournons vers l’avenir. Nous allons entamer une réflexion afin de trouver un moyen d’avoir un système qui protégera le consommateur afin qu’il obtienne toujours d’excellents services sur les terrains de camping du Québec. Les gens ont besoin d’être informés. »

Aux dires de l’expert, le reste du Canada observait de très près le système de classification des terrains de camping du Québec. L’Ontario serait sur le point de l’appliquer, alors qu’ici, on le détruit.

Pronature

Personne ne pourra me faire croire que les gens ne prennent pas le temps d’avoir le meilleur portrait possible de l’établissement et de savoir ce qui les attend, à partir des critères reliés à la classification par étoiles ou d’autres.

Ce système défini comme un encombrement pour les établissements pourrait bien manquer très rapidement aux consommateurs. Se fier uniquement aux commentaires des autres, ce n’est pas toujours la meilleure façon de se faire une idée.





Zec Québec septembre 2021
Pronature
RDVN Facebook