Opinion La faune en milieu urbain: l'importance de prendre certaines précautions
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

La faune en milieu urbain: l'importance de prendre certaines précautions

Pour adopter un comportement prudent

Le coyote est de plus en plus visible, autour des villes et même dans le cœur des villes.
Julien Cabana

Une grande variété d’animaux sauvages se retrouve de plus en plus dans les banlieues et même dans plusieurs villes du Québec. Il faut prendre certaines précautions pour éviter de les attirer chez soi et surtout adopter un comportement prudent.

Bien sûr, il y a toujours eu certaines espèces, comme les écureuils, les moufettes, les marmottes, les souris et les ratons laveurs, qui sont aperçus régulièrement. Maintenant, une nouvelle réalité nous amène à croiser des espèces qui sont plus discrètes, comme le renard, le coyote, le castor, le cerf de Virginie et le dindon sauvage.

Si, dans l’ensemble, ils ne vont pas chercher à déranger, mais à s’adapter à un milieu plus urbain, il peut arriver qu’ils adoptent des comportements trop familiers. Depuis quelques années, plusieurs personnes ont remarqué entre autres la présence de coyotes dans leur ville, grande ou petite.

MAUVAISES HABITUDES

Malheureusement, il arrive très souvent que certaines de nos mauvaises habitudes fassent en sorte de les attirer et diminuent grandement leur crainte de l’humain.

Dans le cas du coyote, Claude Drolet, chargé de projet à Conservation Nature Canada pour le Québec, explique qu’il faut comprendre l’animal et ses comportements.

Zecs Québec septembre 2021

« Au début du printemps, les coyotes se mettent très activement à la recherche de nourriture. Ils jouent un rôle important au sein des écosystèmes urbains en contrôlant les populations de rongeurs et en se nourrissant de carcasses d’animaux. Il faut bien comprendre que certaines mauvaises habitudes que nous avons peuvent faire en sorte qu’ils se rapprochent des habitations et que des rencontres inopinées se produisent. Il ne faut surtout pas les nourrir ou chercher à les approcher parce que ce sont d’abord et avant tout des animaux sauvages. »

Pour éviter de créer des situations qui pourraient devenir quasi dangereuses, l’expert explique qu’il faut prendre des précautions précises.

« Il est recommandé de nourrir et de garder ses animaux domestiques à l’intérieur. Il faut garder son chien en laisse lors des promenades. Il faut aussi s’assurer que les ordures, la nourriture pour animaux et le compost ne sont pas laissés à l’extérieur. Il faut fermer les espaces sous les balcons, les terrasses et les remises, pour empêcher les animaux de s’y cacher et d’y élire domicile. »

QUOI FAIRE

Si jamais vous vous retrouvez en présence d’un animal sauvage qui semble vouloir s’approcher trop près de vous ou de votre résidence, il est conseillé par les experts de parler fort, de frapper dans vos mains et même de lancer près de lui de petits objets comme des cailloux pour le faire fuir. Cette façon de faire peut leur redonner la crainte face à l’humain.

Pronature permanent 3

Aussi, il est conseillé de ne pas toucher ou relocaliser par vous-mêmes un animal sauvage parce que certaines espèces peuvent être porteuses de maladies transmissibles à l’humain.

Si vous désirez prendre une ou des photos, ne vous approchez pas, mais utilisez le téléobjectif de votre appareil.

Si jamais vous ne venez pas à bout de vous débarrasser d’un animal sauvage qui s’approche régulièrement de chez vous, au lieu de vous en occuper vous-mêmes, il est préférable d’avoir recours à des experts en la matière.

La présence d’un animal sauvage n’est pas nécessairement synonyme de problèmes. Il suffit d’adopter de bonnes pratiques pour éviter de créer des situations conflictuelles. 





Zec Québec septembre 2021
Pronature permanent 3
FédéCP- Chasseurs généreux