Opinion L'importance de développer une éthique de chasse
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

L'importance de développer une éthique de chasse

Les commentaires du grand patron de Hooké, Fred Campbell

« Dans la chasse, on prône les trophées, les animaux immortalisés par les taxidermistes sur nos murs. Mais, au moment de faire feu, on ne se pose pas la question à savoir si l’animal que l’on veut abattre, c’est logique », croit Fred Campbell.
Alexandre Morin

Reconnu pour ses prises de position et les messages qu’il veut faire passer pour aider la nature, les animaux et les poissons, le grand patron de Hooké, Fred Campbell, a décidé de porter un nouveau message vers le monde la chasse.

Il désire qu’une véritable éthique de la chasse soit développée.

« J’ai toujours pratiqué la chasse, comme la pêche à la mouche, explique l’expert. J’ai constaté que l’on présentait les résultats de la chasse de façon un peu barbare. Il est toujours question de trophée et de consommation. La chasse aura toujours comme finalité la mort d’un animal. Mais je me suis toujours posé la question à savoir si on abattait les bonnes bêtes et, surtout, si c’était logique d’en prélever autant. C’est pour combattre cette façon de faire les choses et pour changer les mentalités que nous nous impliquons. Dans le monde de la chasse, on prône les trophées, les animaux immortalisés par les taxidermistes sur nos murs. Mais, au moment de faire feu, on ne se pose pas la question à savoir si l’animal que l’on veut abattre, c’est logique. Ce qui me désole, c’est qu’aujourd’hui, on peut même acheter un gibier. On peut payer 10 000 $ de plus pour abattre un deuxième orignal à certains endroits. Il n’y a aucun critère sauf la question monétaire. Donc, si tu peux payer, tu as accès à des gros bucks et autres animaux sauvages. »

LA CHASSE ÉTHIQUE

Fédération clubs motoneigistes

Cet homme de nature, qui a réussi à démocratiser la pêche du saumon via les différents médias que Hooké utilise, veut faire de même avec la chasse.

« Pour pratiquer une chasse éthique, il faudrait que nous ayons toutes les informations exactes sur le cheptel dans le secteur que l’on chasse afin de savoir quelle bête on peut prélever sans faire de tort. Je crois sincèrement que le changement de mentalité est possible. Les gens vont changer leurs habitudes de chasse en se référant aux renseignements qu’ils vont pouvoir consulter pour faire le bon choix. Présentement, c’est le gouvernement qui dicte les choses. Mais pourquoi les chasseurs ne pourraient-ils pas aller plus loin et faire le bon choix sur leur site de chasse ? Le prélèvement n’est pas obligatoire à chaque excursion de chasse. Si les chasseurs comprennent que de laisser passer une ou quelques bêtes, c’est ce qu’il y a de meilleur pour la population de gibiers là où ils chassent. C’est parfait. »

Dans sa croisade pour l’adoption de la chasse éthique par les chasseurs, l’expert veut absolument que les gens finissent par comprendre qu’il faut réfléchir avant de prélever une bête. De plus, le fait de se sentir moins important lorsque l’on revient les mains vides d’une excursion de chasse est une mentalité qui doit aussi disparaître.

RDVN Facebook

Au cours des prochains mois et des prochaines années, vous allez donc constater que ce message sera diffusé abondamment sur toutes les plateformes que Hooké a créées. Il faut changer les mentalités.





Zec Québec septembre 2021
RDVN Facebook
Cossette 5