Opinion Lettre ouverte – analyse d’un discours pro-registre vide de sens
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Lettre ouverte – analyse d’un discours pro-registre vide de sens

Un chasseur, François Lapointe, réagit à une entrevue diffusée à RDI Matin Week-end

François Lapointe réagit à une entrevue réalisée avec la cofondatrice du magazine La Vie en rose, Francine Pelletier, réalisée dimanche dernier dans le cadre de l'émission RDI Matin Week-end.
Rendez-Vous Nature

NDLR: Un chasseur, François Lapointe, réagit à une entrevue réalisée avec la cofondatrice du magazine La Vie en rose, Francine Pelletier, réalisée dimanche dernier dans le cadre de l'émission RDI Matin Week-end.

Par François Lapointe 

Lettre ouverte à Madame Francine Pelletier – analyse d’un discours pro-registre vide de sens 

Madame Pelletier,

Lorsque j’ai entendu votre entrevue à RDI Matin Week-end ce dimanche 27 janvier, je me suis étouffé avec mon café.

Rarement, depuis le début du débat sur la création d’un registre québécois des armes à feu, j’ai entendu une allocution aussi peu soutenue de la part d’une personnalité québécoise.

C’était tellement ridicule que je me suis questionné sur les bienfaits de répondre dans une lettre ouverte. N’empêche, j’ose espérer que cette réponse vous mènera à porter une réflexion avant votre prochaine allocution sur un sujet que vraisemblablement, vous maitrisez aucunement.

Un combat de machos, petite clique de Angry White Men

D’entrée de jeux, ça commence bien mal puisque vous étiquetez l'écrasante majorité de propriétaires d’armes à feu en les traîtant de machos. 

BAM! Aussi simplement que ça. Vous êtes contre la position de PolySeSouvient? Vous êtes machos. Des raisonnements aussi vides, on pourrait en sortir plusieurs. Et quoi par la suite? Est-ce réellement la façon de faire avancer le débat sur les armes à feu?

J’ai vogué dans les milieux progressistes et féministes depuis nombreuses années et jamais, mise à part quand le message provenait des franges radicales, j’ai entendu des gens tirer des conclusions aussi gratuites et sans fondement.

Sans oublier que vous faites abstractions aux nombreuses femmes qui ont pris une position publique contre ce registre. Allez-vous les traiter de machos ou bien de Angry White Men?

La stigmatisation n’apporte rien de bon dans un débat de société. Vous-même étant féministe, vous avez dû être la cible de propos discriminants à trop de reprises.

Moi aussi, je suis féministe (et progressiste) et je crois être dans une bonne position pour confirmer que les féministes ne sont pas tous ce que les stéréotypes les plus vicieux peuvent véhiculés.

Vous voyez, la stigmatisation et l’étiquetage, c’est rarement basé sur des faits. Laissez faire les machos et angry white men, s’il vous plaît!

Une obstination pour quelque chose qui n’est pas la mer à boire

Zecs Québec Argent 2

Par la suite, vous affirmez que vous ne comprenez pas ''l'espèce d'obstination'' des propriétaires à enregistrer leurs armes d'épaule ''pour quelque chose qui n'est pas la mer à boire''. 

En effet, cela n’est pas la mer à boire. La question n’a jamais été à savoir si c’était simple ou compliqué.

Le débat a lieu autour d’une mesure fondamentalement inutile, logistiquement inapplicable et qui faut final, ne fait que stigmatiser une partie de la population pour envoyer de la poudre aux yeux sous le prétexte de la prévention de la population.

Ce qui ne serait pas la mer à boire? De prendre une pause, de réaliser que d’un côté, certaines personnes désirent un meilleur contrôle des armes et de l’autre, des propriétaires d’armes à feu ne désirent pas être utilisés comme une monnaie d’échange sur la scène politique. 

Ça serait une première étape dans le bon sens pour s’asseoir et discuter de ce qui peut être fait, car actuellement le registre ne fonctionne pas et rien ne donne l’impression que ça va changer.

Le registre québécois des armes à feu sera un outil, encadré par le Code civil du Québec. Il aura une portée juridique nettement moins importante que l’ancien registre canadien et son application ne prend aucunement en considération des facteurs aussi simplistes que le contrôle aux frontières et les armes non-enregistrées en circulation.

C’est ça la réalité, Madame Pelletier. Votre registre, au nom de la prévention, vas coûter des sommes qui pourraient être investies en prévention et ne protègera littéralement personne. L’histoire et les statistiques le démontrent.

L’enregistrement des voitures

Par la suite, vous avez dit ne pas comprendre pourquoi les propriétaires refusent d'immatriculer leurs armes s'ils enregistrent déjà leurs voitures. 

L’immatriculation des automobiles a pour mission de percevoir des taxes qui couvrent les programmes de sécurité routière, entre autres.

De plus, lors d’une intervention, la plaque d’immatriculation est largement visible et facilite la tâche de policiers à différencier des véhicules d’une même marque. Finalement, un véhicule ne peut pas se dissimuler lors de son utilisation et une voiture qui est laissée à elle-même dans un garage viendra inutilisable au fil de quelques années.

Pour faire le parallèle avec les armes à feu, l’immatriculation ne vise pas le financement de programmes de sécurité et elle ne rendra pas l’arme plus facilement identifiable au premier coup d’œil.

Cette comparaison est souvent mise de l’avant et pourtant si inexacte. Comparer des pommes aux oranges n’est jamais une façon efficace de comprendre un problème. Dans la même mesure que les propriétaires d’armes à feu ne condamne pas l’absence d’un registre des couteaux, qui est pourtant une arme servant à beaucoup plus de crimes.

Le registre, une mesure progressiste?

Vous continuez dans votre discours en disant que le registre est une mesure progressiste. 

FédéCP

Ah bon? Et pourquoi?

Ce n’est pas parce que c’est nouveau que c’est du progrès de facto. On ne va pas améliorer le sort de la société ou des personnes en situation de minorité avec une telle mesure.

Je ne comprends sincèrement pas, mise à part que dans une logique de diviser l’opinion publique, en quoi vous attribuez du progressisme à un registre des armes à feu.

Le progressiste en moi est sincèrement bien amer d’une telle appropriation d’un terme qui m’est très cher.

‘’Un registre des armes à feu n’empêchera pas les chasseurs de chasser et n’empêchera pas les tueurs de tuer. Mais au moins c’est une façon de dire que nous sommes une société raisonnable qui trouve que nous devons mettre des contraintes sur quelque chose de dangereux.’’

Madame Pelletier, une société raisonnable n’est pas une société qui se contente de créer des mesures. Une société raisonnable est celle qui comprend les moyens dont elle dispose et les utilise dans l’optique de l’atteinte du meilleur bien commun.

Le registre n’empêchera pas les tueurs de tuer. Nous sommes au moins d’accord là-dessus. Le registre ne sauvera également pas de vie, les statistiques le démontrent avec l’expérience du registre fédéral des armes à feu.

Une société raisonnable comprendrait que les contraintes existent déjà pour l’obtention et la possession d’une arme à feu. Là où le vrai problème se situe est dans le suivi.

Quand je dis ça, je pense justement à Bissonnette, Gill, Bain, Fabrikant et Lépine. Si le système de permis de possession et acquisition d’armes à feu était réellement efficace, on ne devrait techniquement pas connaitre ces noms par cœur, et des dizaines de victimes seraient toujours vivantes.

Avant de penser faire la plus longue chaine possible, peut-être faudrait-il se questionner si notre maillon faible ne mérite pas de se faire solidifier.

En conclusion

Madame Pelletier, par votre minute incendiaire, vous m’avez stigmatisé des centaines de milliers de Québécoises et Québécois. Je ne vous dirai pas de vous taire, c’est la liberté d’expression.

Mais au nom de la bonne foi, vous pourriez au moins présenter vos excuses pour avoir porté des propos aussi toxiques à ce débat.

 





Zec Québec
FédéCP
Guide expert 2
Fondation de la faune- J'aime la pêche
Zec Québec
Club de tir du Bas-Saint-Laurent
RDVN Facebook
FédéCP
Guide expert
Fondation de la faune du Québec
RDVN Twitter
Club de tir BSL 2