Opinion La FédéCP est toujours contre le registre et travaille à son abolition
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

La FédéCP est toujours contre le registre et travaille à son abolition

Son président, Marc Renaud, fait le point sur les actions de l'organisme

Le président de la Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs, Marc Renaud, est toujours contre ce système d’enregistrement et travaille à son abolition. (Photo FédéCP)

À l’approche de la date limite d’enregistrement des armes à feu, le président de la FédéCP, Marc Renaud, fait le point sur les actions et la prise de position de la Fédération par rapport au registre.

La FédéCP est toujours contre ce système d’enregistrement et travaille à son abolition, en demeurant toutefois consciente qu’une telle mesure ne se prendra pas à court terme.

Rappelons les faits qui ont marqué le cheminement du registre des armes à feu :

  • La très grande majorité des députés ont voté en faveur du registre ;
  • La loi sur l’immatriculation des armes à feu est maintenant en vigueur, et ce depuis le 29 janvier 2018.

Puisque la loi est maintenant en application, la FédéCP n’encourage aucunement les propriétaires d’armes à feu à la désobéissance civile. C’est à chacun, à titre personnel, de décider quand il enregistrera ses armes.

Zecs Québec Argent 3

Outre la négociation pour l’abolition du registre, qui ne se fait pas en public et pour lequel nous avons une bonne écoute, nous continuons tout de même de travailler pour alléger l’immatriculation des armes. Tel que nous l’avons mentionné dans de précédents communiqués, nous demandons une simplification du registre par les trois éléments suivants :

  • Retirer l’obligation de signaler la modification du lieu où est gardée une arme à feu si elle se retrouve hors du lieu initial pendant 15 jours ou plus ;
  • Permettre aux propriétaires de fournir aux agents de la paix le NUAF (numéro unique d’arme à feu), qui correspond le plus souvent au numéro de série de l’arme, plutôt que le numéro d’immatriculation d’arme à feu (NIAF) ;
  • Enlever la longueur du canon de la liste des caractéristiques demandées lors de l’immatriculation.

Des changements nécessaires

Même si le premier ministre, François Legault, a lui-même voté en faveur du registre, nous espérons que, face à l'échec du système en place, il apportera les changements nécessaires.

FédéCP

De toute évidence, le gouvernement n’a pas réussi à joindre les propriétaires d’armes à feu dans le délai imparti. Il faudra à tout le moins accorder une extension, tel que nous en faisons la demande depuis l’implantation du système.

Il demeure toutefois que seule l’abolition du registre pourra mettre fin au gouffre financier et libérer les sommes qui permettront d’investir en éducation et de se doter de mesures visant à enrayer les problématiques touchant les personnes (santé mentale, victime de violence conjugale, etc.) plutôt que l’objet impliqué.





Zec Québec
FédéCP
Club de tir du Bas-Saint-Laurent
Sépaq décembre 2019 2
Mont-Lebel Chasse & Pêche