Nouvelles Les poursuites de cervidés sont désapprouvées et condamnées
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

Les poursuites de cervidés sont désapprouvées et condamnées

Entrevue avec le scientifique Martin Dorais

À la vue de cervidés dans un sentier de motoneige, il faut arrêter, les laisser tranquilles, attendre qu’ils libèrent le sentier d’eux-mêmes, sans les forcer et ça prendra le temps qu’il faudra. (Photo Youtube)
Ernie Wells

Deux jeunes orignaux ont été trouvés morts récemment aux abords d'un sentier de motoneige dans la ZEC de Cap-Chat, près de la Réserve faunique de Matane. Leur mère, blessée à une patte, n’a pas été retrouvée.

Quelques jours plus tard, un orignal est poursuivi par un planchiste sur les pentes du Massif de Charlevoix. Sur FaceBook, l’orignal est terrifié par la présence du planchiste.

L’animal finit par quitter la piste de ski pour s’engouffrer dans la sécurité de la forêt. À bout de souffle, on ignore s’il a survécu à ce grand stress.

Biologiste à la Direction de la gestion de la faune de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Martin Dorais désapprouve ces évènements et les condamnent, en vertu de la Loi sur la protection de la faune qui interdit de pourchasser un animal.

Les contrevenants à la Loi s'exposent à des amendes allant de 1 825 $ à 5 475 $ lors d’une première infraction à la réglementation.

En entrevue cette semaine à « Rendez-Vous Nature » des 9 et 10 mars, le scientifique Martin Dorais explique les réactions des orignaux poursuivis qui après de longs mois d’un hiver rigoureux, et de fortes et nombreuses précipitations de neige, confinés dans leurs ravages, manquent de nourriture, ils tentent des déplacements pour s’en sortit.

Zecs Québec Argent 3

Et ils se retrouvent sur des sentiers de motoneiges ou de vtt et même des pentes de ski. Ces pistes et surfaces battues facilitent leurs déplacements dans la quête plus rapide d'un rare nourriture.

Vulnérables en mars

Mars est la période de l’année où les cervidés, les orignaux comme les cerfs de Virginie, sont les plus vulnérables. Ils sont affaiblis par leurs pertes de gras des derniers mois. À la

vue de motoneigistes, ou de planchistes, l’orignal n’a pas le réflexe de rejoindre rapidement la forêt. Et là, il court en avant des motoneiges sur une longue distance et c'est là que ça devient dangereux.

Et même en quittant le sentier battu, pour regagner la forêt, l’orignal n’est pas sauvé pour autant. Effrayé, il continue de courir, comme on l’a vue sur la vidéo du planchiste, et en plus d’être à bout de souffle, il risque de se blesser ou se casser des pattes sur des troncs d’arbres, des branches et de grosses roches enfouies sous la neige épaisse.

Zec BSL hiver 2019 3

On ne le répètera jamais assez, il faut cesser toute poursuite et laisser le cervidé tranquille, attendre qu’il libère le sentier de lui-même, sans le forcer et ça prendra le temps que ça prendra.

Une entrevue à ne pas manquer avec le biologiste Martin Dorais, à « Rendez-Vous Nature » des 9 et 10 mars 2019. Vous pouvez écouter cet entretient en cliquant sur le lien ci-haut. 





Zec Québec Or
Zec BSL hiver 2019 3
Guide expert 2
Zec Québec
Fondation de la faune- J'aime la pêche