Nouvelles D’autres municipalités comme Potton réclament aussi le retrait du Registre
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

D’autres municipalités comme Potton réclament aussi le retrait du Registre

Entrevue avec le conseiller municipal Bruno Côté

Quant aux récents allègements sur l’immatriculation apportée par Québec, Bruno Côté n’en est pas sur les modalités d’enregistrement, mais sur l’entièreté du Registre. (Photo archives La Presse canadienne)
Ernie Wells

En s’opposant au Registre des armes à feu au Québec, la municipalité de Potton, dans les Cantons-de-l’Est, à 120 km au Sud-Est de Montréal, suscite l’appui de plusieurs autres conseils municipaux.

Ils réclament aussi que Québec fasse marche arrière avec la Loi sur l’immatriculation des armes de chasse.

Le 7 janvier dernier, le conseiller municipal du Canton de Potton, Bruno Côté, a réagi contre l’immatriculation des armes sportives, en proposant une résolution qui fut adoptée à l’unanimité en assemblée publique par son conseil municipal.

«Le Service d’immatriculation des armes à feu (SIAF) tend à démoniser les armes à feu et les propriétaires honnêtes possédant les permis fédéraux requis, tout en laissant de côté les criminels se procurant du matériel sur le marché noir », indique la résolution de Potton. La municipalité soutient aussi que : « Ce Registre de 17 M$ pour sa mise en place et 5 M $ annuellement pour l’exploitation, n’apporte aucune mesure de sécurité concrète pour combattre l’importation, la fabrication et la possession d’armes illégales ». « Le projet SIAF risque de connaître le même sort que le Registre canadien des armes à feu qui est passé de 2 M$ à 2 MM$. « L’abandon du Registre québécois libérerait des sommes importantes qui pourraient être beaucoup mieux utilisées en santé mentale », soutient la résolution de Potton.

Zec Québec Argent

Bruno Côté en entrevue à « Rendez-Vous Nature »

Cette semaine à l'émission radio « Rendez-Vous Nature », le conseiller municipal Bruno Côté rappelle que c’est le sondage de PolySeSouvient qui l’a incité à élaborer et à soumettre au conseil sa résolution conte le Registre québécois.

Quant aux récents allègements sur l’immatriculation apportée par la ministre de la Sécurité publique, Bruno Côté n’en est pas sur les modalités d’enregistrement, mais sur l’entièreté du Registre. Tout indique que 75 pour-cent ou 400 000 armes des 1 million 600 en circulation au Québec n’auront pas été enregistrées le 29 janvier.

Guide expert

Après les municipalités de Potton, Warden, East Angus, Mansfield, Pontefract, Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud, Gracefield, Saint-Damase de l’Islet, Les Bergeronnes, Lamotte, Notre-Dame-du-Nord, Saint-René-de-Matane, Saint-Armand et plusieurs autres qui manifestent leur opposition au Registre québécois des armes à feu, la Fédération québécoise des municipalités (FQM) devrait se pencher sur la question incessamment.

Pour écouter l'entrevue réalisée avec Bruno Côté, vous pouvez cliquer sur le le lien ci-haut. 





Zec Québec Or
Guide expert
Fondation de la faune du Québec
RVNature 2
FédéCP