Nouvelles « La dernière chance du Caribou » sonnait déjà l’alarme il y a 40 ans !
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

« La dernière chance du Caribou » sonnait déjà l’alarme il y a 40 ans !

Entrevue avec le réalisateur du film-documentaire, Armand Dubé

Le réalisateur du film « La dernière chance du Caribou » Armand Dubé, relate la production de ce film documentaire qui a nécessité trois ans de tournage ; de 1975 à 1978, sur les sommets du Parc national de la Gaspésie.
Rendez-Vous Nature

Ce n’est pas d’hier que le caribou de la Gaspésie nourrit l’actualité de la grande faune au Québec et qu’on se préoccupe du déclin de sa population et de son avenir.

L’émission Découvertes, diffusée récemment sur les ondes de Radio-Canada, est revenue sur cette espèce emblématique des hautes montagnes du Parc de la Gaspésie, le Caribou des bois. Et pour cause, la population de Caribous des bois du Parc de la Gaspésie n’a jamais été dans une situation aussi périlleuse pour sa survie.

L’histoire nous rappelle qu’il y a 40 ans cette année, une émission de la populaire et regrettée série « Voyage Grandeur Nature » sonnait déjà l’alarme sur le déclin du caribou et s’inquiétait déjà de son avenir. Comme en témoigne une émission intitulée : « La dernière chance du Caribou »…

Cette semaine à « Rendez-Vous Nature » des 24 et 25 novembre, le réalisateur et scripteur de « La dernière chance du Caribou » et ex-agent d’information au ministère du Loisir de la Chasse et de la Pêche, Armand Dubé, relate l’origine de la production de ce film documentaire qui a nécessité trois ans de tournage ; de 1975 à 1978, des caméramans audacieux et des pilotes d’hélicoptères chevronnés.

Un travail ambitieux, colossal, très complexe. Le Caribou des bois vit à 700 mètres d’altitude !

À cette époque, la population du caribou gaspésien était déjà sur son déclin. On parlait d’une harde de 200 à 250 caribous répartis sur les Monts Albert, Jacques-Cartier, le mont Logan, et des monts McGerrigle, qu’on regroupe sous le nom des Monts Chics-Chocs.

Chasseurs généreux

Et ce qui est étonnant, c’est qu’il y a 40 ans, les conclusions de « La dernière chance du Caribou » , diffusée en 1978, rejoignent les mêmes conclusions que ce reportage : « Le Caribou de la Gaspésie poursuit son déclin » à l’émission Découvertes. À savoir, la perte de l’habitait, la déforestation autour des monts où le caribou se réfugie, les nombreux chemins forestiers qui conduisent vers les sommets ou se loge le caribou, et la forte prédation sur les faons par le coyote et l’ours.

De 230 caribous à 75 maintenant

En 2007, la population de caribous du Parc de la Gaspésie a été estimée à 230 individus. Le Comite? sur la situation des espe?ces en pe?ril au Canada, a de?signé le troupeau de caribous gaspe?siens comme étant « en voie de disparition ».

Le ministe?re des Ressources naturelles et de la Faune du Que?bec a le?galement de?signe? « vulne?rables » la population gaspe?sienne de caribous et son habitat.

Mais là, avec une harde actuelle de 75 caribous, est une disparition annoncée et inévitable du Caribou des bois du Parc de la Gaspésie ?

Fondation de la faune- J'aime la pêche

Si on dénombrait 230 caribous en 2007, et 75 en 2018, ça veut dire la perte de 155 caribous en 11 ans. Si la tendance se maintient, les 75 caribous restant pourraient-ils disparaître totalement de la carte gaspésienne dans moins de 10 ans ?

Une entrevue exclusive sur un document visuel historique, à ne pas manquer avec Armand Dubé, cette semaine à « Rendez-Vous Nature ». Vous pouvez écouter ses propos en cliquant sur le lien ci-haut. 





Zec Québec Or
Fondation de la faune- J'aime la pêche
RVNature 2
Fondation de la faune du Québec
Guide expert
FédéCP
RDVN Twitter