Fondation de la faune du Québec 40 M$ pour développer le réseau d’aires protégées dans le sud du Québec
Rendez-vousnature.ca
http://www.google.ca

40 M$ pour développer le réseau d’aires protégées dans le sud du Québec

«C’est une cible ambitieuse, mais que nous considérons réaliste»

Grâce à ce partenariat de cofinancement, le réseau d’aires protégées québécois en terres privées se verra substantiellement bonifier.
La Presse Canadienne

Il est possible de protéger 30 % du territoire québécois d’ici 2030 selon le gouvernement Legault, qui octroie 40 millions $ à Conservation de la nature du Canada (CNC) dans le but d’atteindre cette cible. 

En visioconférence pour annoncer l’appui financier, le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charrette, a affirmé que Québec allait se conformer à cet objectif international. 

«C’est une cible ambitieuse, mais que nous considérons réaliste», a-t-il affirmé, dans le cadre de l’événement auquel participait la présidente et chef de la direction de CNC, Catherine Grenier. 

En décembre dernier, Québec avait annoncé qu’il protégeait 17 % de son territoire terrestre et d’eau douce, ce qui représente une superficie supérieure à 257 000 kilomètres carrés. Le gouvernement québécois avait fait l’objet de critiques dans le passé pour avoir arrêté son choix sur des endroits situés dans des régions éloignées. 

Il est donc difficile pour la population d’y accéder. 

Les 40 millions $ versés sur trois ans à CNC serviront à bonifier la superficie des aires protégées, «particulièrement dans le sud du Québec», notamment en achetant des terrains. La subvention s’accompagne d’une obligation visant à doubler la somme octroyée par Québec. 

PRONATURE RIMOUSKI

«Pour ce faire, nous travaillons avec un très large éventail de partenaires, a dit Mme Grenier. On sollicite la contribution de partenaires, mais aussi la générosité de philanthrope, d’individus et d’entreprises.» 

L’organisme sans but lucratif n’a pas fourni plus de détails sur sa stratégie afin d’être en mesure de doubler le montant de la subvention offerte par Québec. 

L’argent servira à financer l’acquisition de nouveaux terrains, en plus de soutenir financièrement des organismes scientifiques et de sensibilisation et à épauler les propriétaires de milieux naturels qui souhaitent faire reconnaître leur propriété comme réserve naturelle. 

On ignore quelle partie de l’enveloppe sera consacrée aux acquisitions. 

CNC affirme que sa présence est dans «toutes les régions de l’Outaouais aux Îles-de-la-Madeleine». Selon des données fournies par l’organisme sans but lucratif, les territoires protégés au Québec se trouvent dans la grande région de Montréal, l’Estrie et les Laurentides, notamment. 

PRONATURE RIMOUSKI

« C’est un investissement sans précédent dans la conservation en terres privées au Québec. Nous sommes profondément reconnaissants des fonds supplémentaires consacrés à la conservation de nos milieux naturels les plus précieux. Ces fonds nous permettront de faire une différence et d’aller encore plus loin : accentuer nos efforts de protection de centaines d’hectares dans le sud du Québec, sensibiliser plus de propriétaires et engager davantage les municipalités et les communautés à préserver la nature. », indique Jean-Claude D’Amours, président-directeur général de la Fondation de la faune du Québec.

Dans un communiqué, le directeur général de la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec), Alain Branchaud, a salué «l’engagement pris par le gouvernement Legault de protéger 30 % de son territoire d’ici 2030». 

«Québec doit rapidement régler le dossier des 83 aires protégées non retenues dans les annonces de décembre 2020», a-t-il souligné. 

M. Branchaud a également exhorté le gouvernement Legault à «s’engager dans un escalier de la conservation» en établissant des cibles intérimaires de 22 % en 2022 et 25 % d’ici 2025 en ce qui a trait aux aires protégées. 





Zec Québec
PRONATURE RIMOUSKI
Zec Québec
RDVN Facebook